Rédaction Village de la justice

 
  • 4863 lectures
  • Parution : Juillet 2019

  • 4.89  /5
 

Le replay du 2ème Forum parlementaire de la legaltech : la technologie au service des professions du droit.

Après une première et riche édition 2018, la commission des lois du Sénat a organisé le 1er juillet 2019 le deuxième forum parlementaire de la legaltech en partenariat avec l’Institut des hautes études sur la justice, le Barreau de Paris, Open Law, l’Association pour le développement de l’informatique juridique et Le Village de la Justice qui a participé à l’animation des débats.

Pour cette nouvelle journée, et à travers 4 tables rondes, la thématique s’est plus spécialement intéressée aux rapports entre technologies et professions du droit. Balayant les larges sujets tels que l’automatisation des actes juridiques, la recherche documentaire ou encore la relation-client, les échanges ont été l’occasion de faire un point sur les différentes positions et initiatives mises en places par les différents acteurs du monde du droit, et les perspectives à développer à court ou moyen terme.

En voici les replay vidéos (pour chaque table-ronde vous pouvez accéder par les liens sur les images aux vidéos des interventions minutées sur le site du Sénat). Notez que vous retrouverez ces sujets et acteurs de la Legaltech au prochain Village de la Legaltech en novembre à la Cité des Sciences.

Voici les temps forts de cette journée.

Ouverture institutionnelle :

Philippe BAS, président de la commission des lois du Sénat
Chantal ARENS, première présidente de la cour d’appel de Paris

En vidéo :


Les tendances actuelles de la legal tech

Comment classifier les services et prestations proposés par les legal techs, aujourd’hui et demain ? Combien de fonds sont-elles parvenues à lever par rapport aux années précédentes ? Et comment leur action se confronte-t-elle à la réglementation du secteur ?
Gaëlle MARRAUD DES GROTTES, responsable éditoriale de la rubrique Tech & Droit et rédacteur en chef du site Actualités du droit chez Wolters Kluwer, co-auteur de l’étude « baromètre des legaltechs, tendances 2018 » et Anaïs RICHARDIN, directrice de la rédaction de Maddyness, revue de l’actualité des start-ups françaises, partenaire de l’étude de Wolters Kluwer, co-auteur de l’étude « baromètre des legaltechs, tendances 2018 », ont présenté les chiffres clés de l’étude, consultable ici (enquête en cours de mise à jour pour 2019).

Marie BERNARD, membre d’Open Law et de la European legal tech association (ELTA), a ouvert ensuite la réflexion par un tour du monde des marchés de la Legaltech.

En vidéo :


Table ronde n° 1 sur l’automatisation des actes juridiques et la transformation numérique de l’activité des professionnels

Un constat est aujourd’hui partagé par tous : le numérique est aujourd’hui partout, que ce soit dans notre vie professionnelle ou personnelle. Et les professions du droit doivent, comme d’autres, adopter les nouvelles technologies, afin de les intégrer dans leurs activités et leurs méthodes de travail. Toute la question est aujourd’hui de savoir : comment ? Une interrogation qui n’a pas encore (et qui n’aura sûrement jamais) une réponse parfaite et unique.

Quelles tâches peuvent être automatisées ? De quelle manière ? Quel est le rôle du juriste dans cette automatisation ? Car il est en effet nécessaire d’ « éduquer » la machine pour qu’elle « apprenne » à réaliser les tâches que le juriste a choisi de lui confier. Un moyen de dégager le juriste des tâches les plus pénibles ou les plus répétitives, et d’ainsi mettre en valeur la plus-value du juriste et de l’humain, sans pour autant tomber dans l’angélisme du « tout numérique ».

Subsiste également la question de la formation : comment les juristes doivent-ils être formés à ces nouvelles pratiques ? Quel rôle doivent jouer les écoles de formation et l’université dans ces apprentissages ?

Modéré et animé par Clarisse ANDRY, journaliste au Village de la Justice
Intervenants :
Melik BOUDEMAGH, président de Hercule, the Legal Tech Agency ;
Christophe LEMÉE, président et co-fondateur de DeepBlock ;
Sandrine MORARD, fondatrice de SoftLaw ;
Marc MOSSÉ, président de l’Association française des juristes d’entreprise ;
Jean-Christophe RODA, professeur à l’université Lyon 3, Centre de droit de l’entreprise
Éric LE QUELLENEC, membre du Conseil de l’Ordre
Éric-Étienne MARTIN, administrateur judiciaire et trésorier du Conseil national des administrateurs judiciaires et des mandataires judiciaires
François MOLINIÉ, président de l’Informatique de gestion des avocats aux Conseils
Philippe GINESTIE, avocat à la Cour de Paris, fondateur et dirigeant de Gino LegalTech,
Thani MOHAMED SOILIHI, sénateur de Mayotte, vice-président du Sénat

En vidéo :


Table ronde n° 2 sur l’optimisation de la recherche juridique

Quels impacts le renouvellement technologique des moteurs de recherche produit-il sur le quotidien des professionnels du droit, dans leur diversité ? Quelles marges de progrès reste-t-il à réaliser pour améliorer et simplifier l’expérience des utilisateurs, tout en respectant la déontologie et l’éthique inhérentes aux professions du droit ?

Autour des débats actuels sur l’utilisation et la possession de la data, les invités dresse un bilan des technologies, des besoins en données, et chaque esquisse un futur possible pour la recherche juridique avancée, un des outils du "Juriste augmenté"...

Modéré et animé par Christophe ALBERT, co-fondateur du Village de la Justice
Intervenants :
Nicolas BEHRA, directeur de l’innovation de Lexbase ;
Nicolas BUSTAMANTE, co-fondateur de Doctrine.fr ;
Frédéric ROUVIÈRE, professeur, représentant Juri’Predis ;
Jean GASNAULT, dirigeant de la société La Loi des Ours, secrétaire général adjoint du diplôme universitaire droit et informatique Paris 1 ;
Olivier FONTIBUS, président de la commission exercice du droit, Conseil national des Barreaux ;
Marie-Flore RIBEYRON, conseil en propriété industrielle, Compagnie nationale des conseils en propriété industrielle ;
Muriel JOURDA, sénateur du Morbihan.

En vidéo :


Table ronde n° 3 sur la dématérialisation de la relation client

Preuve que la relation-client est un sujet important de la legaltech : celle-ci représente aujourd’hui une part importante de l’offre. Une majorité d’acteurs ont en effet conçu des solutions de mise en relation entre client et professionnel du droit grâce aux outils numériques – la première étape de la relation-client. Mais après, comment faut-il penser cette offre dématérialisée et sa prestation ? Ces changements demandent d’adopter une nouvelle logique économique et marketing, afin de répondre aux besoins des clients, tout en sauvegardant les principes essentiels des professions (sécurité, confidentialité, indépendance, confiance, ...).
Ce travail demande néanmoins d’analyser lesdits besoins – qui diffèrent selon les typologies de clients, et de ne pas oublier ceux qui ont encore des difficultés à accéder au numérique.

Modéré et animé par Clarisse ANDRY, journaliste au Village de la Justice
Intervenants :
Stéphane BALLER, professeur associé à l’université Paris 2 ;
Élise FABING, avocate associée, cabinet Alkemist Avocats ;
Thomas SAINT-AUBIN, directeur général de Seraphin.legal ;
Julie SERRIER, co-fondateur et président de Young AvoTech, association pour les étudiants et les jeunes professionnels de la legal tech ;
Jean-Marie VALENTIN, ancien associé représentant le cabinet Sekri Valentin Zerrouk ;
Jean-François HUMBERT, président du Conseil supérieur du notariat ;
Sophie JONVAL, présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce ;
Cyril MURIE, directeur de l’innovation de la Chambre nationale des commissaires de justice ;
François-Noël BUFFET, sénateur du Rhône.

En vidéo :


Table ronde n° 4 sur la restructuration du marché du droit par la technologie

Comment l’optimisation de la recherche juridique, la robotisation des actes et la transformation numérique de l’activité ainsi que la dématérialisation de la relation client sont-elles en train de transformer le secteur des services juridiques ? Quel est leur impact sur l’équilibre économique et les exigences éthiques des professionnels ?

Modérateur :
Antoine GARAPON, secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice
Intervenants :
Christophe BASSE, vice-président du Conseil national des administrateurs judiciaires et des mandataires judiciaires ;
Louis BORÉ, président de l’Ordre des avocats au Conseil d’État et à la Cour de cassation ;
Christiane FERAL-SCHUHL, présidente du Conseil national des barreaux ;
Jean-François HUMBERT, président du Conseil supérieur du notariat ;
Sophie JONVAL, présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce ;
Guylène KIESEL LE COSQUER, présidente de la Compagnie nationale des conseils en propriété industrielle ;
Marie-Aimée PEYRON, bâtonnier de Paris ;
un représentant de la Chambre nationale des commissaires de justice ;
Bruno DEFFAINS, professeur à l’université Paris 2, membre de l’Institut universitaire de France.

En vidéo :

Rédaction Village de la justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

35 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs