Rédaction du Village de la Justice.

 
  • 1171 lectures
  • Parution : 27 septembre 2020

  • 5  /5
Guide de lecture.
 

[Film] Ai-je le droit d’avoir des droits ?

Le Village de la Justice se propose de vous présenter le film documentaire « Ai-je le droit d’avoir des droits ? » réalisé par Catherine Rechard car il aborde un domaine peu connu du droit pénal et de la spécialité d’avocat pénaliste, celui de la présence de l’avocat au sein des prisons afin d’être le porte-parole du détenu et de faire valoir les droits de ce dernier lors de sa détention.
Le film met en lumière une réalité que notre société oublie parfois : même condamnée et emprisonnée, toute personne continue d’être un citoyen et d’avoir envers la société des devoirs certes, mais également des droits.

C’est seulement depuis 1995 qu’une personne détenue en France possède des moyens de recours pour dénoncer ses conditions de détention et ce grâce à la possibilité donnée aux avocats de pénétrer dans les prisons. Désormais, comme le précise Karine Laprévote, avocate et intervenante dans le film, « le champ d’intervention de l’avocat pénaliste va de la garde à vue jusqu’à la sortie de prison. »

Le documentaire filme le quotidien d’avocates et d’avocats qui ont choisi d’exercer la défense de leurs clients au-delà du procès et tout au long de leur peine. Un engagement fort qui leur permet une meilleure compréhension des dossiers. Et comme l’explique l’avocat Etienne Noël à des élèves-avocats : « un avocat intervenant dans une prison peut être un véritable lanceur d’alerte. »
Cet engagement porte ses fruits car de plus en plus de détenus ont le réflexe de faire appel à un avocat pour signaler ce qu’ils subissent en détention.

Le documentaire fait également intervenir des élèves-avocats qui dans le cadre de leur formation entrent dans les prisons et sont ainsi sensibilisés à la détention. Cela entraine pour certains, une réflexion sur le système du tout carcéral. Ils réfléchissent à trouver d’autres solutions comme par exemple les peines de détentions en semi-liberté.
Cette immersion dans ce milieu leur permet de découvrir également de nouvelles matières en droit, comme le droit de l’application des peines, le contentieux administratif pénitentiaire ou encore le droit pénitentiaire.

Le film est rythmé par des séquences dessinées mettant en scène des courriers envoyés par les détenus aux avocats et à l’Observatoire International des Prisons.
Ces textes, lus par Christian Olivier et associés aux dessins des « Chats pelés » expriment avec justesse le ressenti, les plaintes et griefs des détenus.

Au travers des témoignages de détenus et d’anciens détenus, on ressent que la peur fait partie de la vie des prisonniers.
Une des façons de combattre cette peur, d’exister et d’espérer pour eux est le fait d’avoir des droits et de les faire valoir. Pour cela, soit ils font appel à un avocat, soit ils apprennent le droit pour se défendre.
Ces procédures ainsi engagées par les prisonniers peuvent parfois leur être préjudiciables car ils sont alors "catalogués comme procéduriers", se focalisant sur ces dernières au lieu de travailler leur projet de sortie. Cependant, ces actions sont pour la plus part bénéfiques et ce pour l’ensemble du domaine carcéral. Des améliorations ont pu ainsi être apportées aux conditions de détention.

Sans être moralisateur, ce film documentaire permet aux étudiants et aux professionnels du droit (plus spécifiquement les avocats et magistrats) de s’intéresser au monde carcéral et aux matières de droit qui s’y appliquent.
Les avocats intervenant en prison le savent bien, plus les détenus seront suivis durant leur temps de détentions, plus la réinsertion de ces derniers dans la société sera réussie.

Découvrez la bande-annonce du film en cliquant ci-dessous.

Film "Le droit d’avoir des droits" de Catherine Rechard.

La programmation du film :

Le film est programmé à Paris au cinéma St André des arts dans le cadre des « Découvertes du St André » à partir du 30 septembre, tous les jours à 13h, du 30 septembre au 12 octobre (sauf le 6) et les 20 et 27 octobre.

D’autres projections ponctuelles auront lieu en France ; la prochaine est prévue à Metz en novembre (détails des dates et lieux à venir).

Chacune des projections sera suivie d’un débat en présence de la réalisatrice accompagnée d’un invité : avocats protagonistes du film, acteurs du monde judiciaire et associatif [1].

Notes :

[1OIP, LDH, Syndicat de la Magistrature, A3D, CASP-ARAPEJ, Prison Insider, Citoyens et justice, Secours Catholique, Lire pour en sortir, Champ Libre...

Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

4 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs