Accueil Management Stratégies et Organisations

HumanEthic, le réseau des professionnels libéraux guidés par l’éthique et l’humain.

Pour un professionnel, appartenir à un réseau constitue une réelle force. Cela lui permet notamment de mutualiser certains aspects financiers, logistiques, administratifs… de son entreprise et de ne pas supporter seul un certain nombre de contraintes [1] .
Pour le jeune réseau inter-professionnel HumanEthic, association à but non lucratif, l’objectif est ailleurs... Ce qui rassemble les professionnels libéraux qui le composent, ce n’est pas la volonté de faire "des affaires", mais de travailler autrement, de s’entraider, de se former ensemble et de remettre l’humain au cœur de leurs préoccupations.
Pour en savoir plus, le Village de la Justice s’est entretenu avec Barbara Regent et Aurélia Tordjman, avocates et fondatrices du réseau.

Village de la Justice : Quelles ont été les motivations à la création de ce réseau ?

Barbara Regent et Aurélia Tordjman : "Elles sont doubles :
Tout d’abord, le public a une image souvent négative des métiers d’Avocat, d’Expert-Comptable, de Notaire, d’Huissier... Il nous semblait nécessaire de faire quelque chose.

"Ce qui nous rassemble n’est pas la volonté de faire "des affaires" mais de travailler autrement."

De nombreux clients nous étaient adressés par nos réseaux relationnels suite à une prestation de mauvaise qualité de l’un de leurs confrères (absence d’écoute du client, de ses besoins, manque de disponibilité du Conseil, de patience avec le client, mauvaise procédure engagée...). Nous voulions démontrer qu’il existe des professionnels libéraux différents, guidés par un sens profond de l’éthique, des professionnels qui se sentent concernés par les problèmes des gens, qui s’investissent auprès d’eux et qui ne sont pas guidés que par la réalisation de leur chiffre d’affaires. Des professionnels avant tout humains.

Ensuite, en tant que professionnel libéral, il est difficile d’exercer seul. Chaque jour, nous sommes confrontés à de multiples problèmes que ce soit dans la pratique ou face à de plus en plus lourdes contraintes administratives. Les membres d’HumanEthic sont tous des professionnels exerçant en petite structure.
Se regrouper autour de valeurs communes d’humanité, de respect de l’éthique, de la déontologie de nos métiers, et du serment prêté, pouvoir s’entraider, partager nos informations, se former ensemble, nous est apparu comme une évidence.
Humanéthic n’est pas comme les autres réseaux professionnels. Ce qui nous rassemble n’est pas la volonté de faire "des affaires" mais de travailler autrement."

Pourquoi avoir ouvert ce réseau à l’ensemble des professions libérales ?

"Nous avons tous la préoccupation de défendre l’image de nos professions."

"Tout simplement parce que ce qui nous rassemble au sein d’HumanEthic (cet amour de notre métier, ce besoin d’aider les autres au travers de notre profession, la volonté de bien faire...) est commun à de très nombreuses activités libérales (Avocat, Notaire, Expert-Comptables...). Nous avons tous la préoccupation de défendre l’image de nos professions."

Est-il difficile de créer un réseau inter-professionnel ?

"Oui, cela nous a pris une année. Nous avons mûri le projet de longs mois avant de nous lancer et de créer l’association HumanEthic."

Comment les professionnels rattachés au réseau font-ils pour replacer l’humain au centre de leurs préoccupations ?

"Apporter au client le meilleur résultat possible, dans les conditions les plus douces possibles alors qu’il est confronté à un problème angoissant."

"Les valeurs d’HumanEthic (humanité, écoute du client, disponibilité, recherche et compréhension de ses besoins profonds...) ne peuvent être factices. Les professionnels libéraux qui intègrent ce réseau sont profondément humains, à l’écoute des autres, veulent améliorer l’image de nos métiers.

Ils mettent en place des tarifs transparents et compréhensibles par le client, adaptés à ses capacités financières. Ils doivent, comme tout un chacun, vivre de leur activité et régler des charges qui demeurent lourdes, mais ils essayent de mettre en place des solutions pour que leurs clients puissent avoir accès à d’excellents professionnels à des tarifs raisonnés.

Ils sont à l’écoute des clients, du verbal et du non verbal, pour définir ce qui est le mieux pour eux. Ils se forment lors des réunions HumanEthic sur des thèmes variés demandés par les membres. Ils échangent les uns avec les autres pour s’améliorer. Le partage et l’entraide est une valeur essentielle au sein du réseau. C’est traduit par le symbole des mains réunies que vous pouvez voir en photo sur notre site.

PNG - 320.6 ko
Aurélia Tordjman (à gauche) et Barbara Regent (crédit photo : Harold Hermann).

Apporter au client le meilleur résultat possible, dans les conditions les plus douces possibles alors qu’il est confronté à un problème angoissant, est notre souhait à tous au sein d’HumanEthic."

Pourriez-vous nous en apporter un exemple ?

Barbara Regent : "Je peux peut-être citer l’exemple d’un client, cadre dans une grande entreprise, venu au cabinet me confier le harcèlement dont il était victime au sein de celle-ci et qui avait avec lui une serviette en cuir contenant notamment les pièces de son dossier. A l’issue du rendez-vous, en le raccompagnant, il me remercie en m’indiquant qu’il se sentait beaucoup mieux depuis qu’il m’avait parlé et qu’un poids était parti de ses épaules... Après son départ, et bien qu’il m’ait déjà remis ses pièces en mains propres, j’ai remarqué qu’il avait oublié sa serviette... comme un homme qui a posé de lourdes valises. En revenant la chercher quelques minutes plus tard, il m’en a d’ailleurs fait la réflexion en souriant."

La Charte du réseau répond-elle à une certification ?

"Pas encore car nous sommes une association encore très jeune (elle est active depuis 6 mois) mais cela fait partie de nos projets."

Quelle(s) évolution(s) prévoyez-vous pour le réseau ?

"Nous souhaitons que les gens (...) trouvent facilement près de chez eux un professionnel HumanEthic en se connectant sur notre site.

"Nous souhaitons que les gens qui ne disposent pas d’un carnet d’adresse puissent facilement trouver auprès de chez eux un professionnel HumanEthic en se connectant sur notre site afin d’être assurés d’avoir un prestataire de confiance qui répond à leur besoin.

La relation client/professionnel libéral doit être basée sur la confiance, la certitude que le professionnel auquel on s’adresse gèrera sa problématique du mieux possible, recherchera ses besoins et mettra en place les solutions les meilleures. C’est notre objectif au sein d’HumanEthic."

Combien de membres le réseau compte t-il ?

"Nous sommes une quinzaine de membres pour le moment (des dossiers d’inscription sont en attente de mise en ligne) car nous mettons du soin à sélectionner nos membres (enquête, cooptation, entretien...).
Nous sommes dans une démarche qualitative. La motivation pour devenir membre d’HumanEthic ne doit pas être basée sur la volonté de "faire du chiffre" mais sur celle de partager des valeurs communes d’humanité, sur une volonté de mieux faire, de construire ce réseau dans l’intérêt du public."

Quelle est la stratégie de communication adoptée pour étendre votre réseau, le faire connaître ?

"A la création d’HumanEthic, la stratégie de recrutement des membres était circulaire.
Nous avons contacté dans nos cercles respectifs les professionnels de confiance avec lesquels nous avions l’habitude de travailler et que nous avions éprouvés pour les qualités précitées. Puis nous l’avons étendu par cooptation, accueillant des postulants lors de nos réunions. Nous avons tous communiqué auprès de notre clientèle et de notre réseau.
Nous pouvons recommander à nos clients les membres HumanEthic dans leur spécialité en toute confiance.
Maintenant que ce premier cercle est solide, nous allons nous faire connaître sur les réseaux sociaux. Le bouche à oreille fonctionne aussi très bien."

Propos recueillis par Marie Depay,
Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

24 votes

Notes :