Par Benoit Henry, Avocat.
 
  • 473 lectures
  • 1re Parution: 15 septembre 2021

  • 5  /5
Guide de lecture.
 

L’injonction à une médiation n’interrompt pas les délais pour conclure en appel.

Est-ce que l’injonction à une médiation est interruptive des délais pour conclure en appel ?
La réponse est bien évidemment non.

1° - L’injonction à une médiation n’interrompt pas les délais impartis pour conclure et former appel incident.

Seule l’ordonnance de médiation est interruptive selon les termes clairs de l’article 910-2 du Code de Procédure Civile.

Selon l’article 910-2 du Code de Procédure Civile, la décision d’ordonner une médiation interrompt les délais pour conclure et former appel incident visés aux articles 905-2 et 908 à 910 du même Code.

En revanche, la décision de la Cour « de retenir l’affaire pour faire l’objet d’un renvoi en médiation » n’est pas interruptif des délais impartis.

De même, « la convocation des parties à une réunion d’information sur la médiation » n’est pas interruptif des délais impartis.

La simple convocation à une réunion d’information ne peut interrompre le délai pour conclure prévu par l’article 908 du Code de Procédure Civile et sanctionné par la caducité de la déclaration d’appel [1].

De même, l’injonction à médiation n’interrompt pas le délai pour conclure prévu à l’article 909 du Code de Procédure Civile et sanctionné par l’irrecevabilité à conclure [2].

2° - Un accord des parties à poursuivre en médiation n’est pas plus interruptif qu’une réunion d’information.

Toutes les injonctions à médiation, réunions d’informations, tentatives de mise en place d’une médiation ou pourparlers ne sont donc pas interruptifs des délais pour conclure et former appel incident mentionnés aux articles 905-2 et 908 à 910 du Code de procédure Civile.

De même, un accord des parties à poursuivre en médiation n’est pas plus interruptif des délais pour conclure en appel.

Après avoir expliqué aux parties le principe, le but et les modalités d’une mesure de médiation en vue de recueillir par écrit leur consentement ou le refus de cette mesure, le médiateur informe le juge.

Au moins l’une des parties a refusé le principe de la médiation. Dès lors, le médiateur a cessé ses opérations.

Toutes les parties ont donné leur accord pour entrer en médiation. Dés lors, les consentements ont été recueillis par écrit et conservés en respect du principe de confidentialité propre à la médiation. Le médiateur débute ses opérations de médiation.

Le médiateur demande au juge d’en prendre acte.

Dans l’hypothèse où, au moins l’une des parties refuserait le principe de la médiation, le médiateur en informera sans délai le tribunal et cessera ses opérations, sans défraiement.

Dans l’hypothèse où toutes les parties donneraient leur accord à la médiation ainsi proposée, le médiateur pourra commencer immédiatement les opérations de médiation.

Au terme de la médiation, le médiateur informe le tribunal, soit que les parties sont parvenues à un accord, soit qu’elles n’y sont pas parvenues, sans davantage de précision.

Il suffit de lire l’article 910-2 du Code de Procédure Civile.

Seule l’ordonnance qui désigne un médiateur est interruptive des délais pour conclure.

La deuxième chambre civile a rendu un arrêt publié pour dire que l’ordonnance était interruptive des délais pour conclure [3].

Ce changement rappelle l’exigence du caractère interruptif des délais pour conclure en appel en cas de médiation de l’article 910-2 du Code de Procédure Civile.

La première phrase de l’article 910-2 du Code de Procédure Civile est limpide.

En revanche, la seconde phrase s’avère problématique.

L’interruption des délais pour conclure en appel produit ses effets « jusqu’à l’expiration de la mission du médiateur ».

La date d’expiration de la mission du médiateur pourrait faire débat lorsque l’on sait que la durée initiale de la médiation est de trois mois renouvelable une fois pour cette même durée, que le médiateur doit établir un constat de l’accord mais aussi qu’il doit informer par écrit le juge à « l’expiration de sa mission » de ce que les parties sont parvenues ou non à une solution au conflit qui les oppose.

Il paraît donc nécessaire que la Cour de Cassation précise à quelle date exacte, les délais recommenceront à courir.

Benoit HENRY,
Avocat
http://www.reseau-recamier.fr/
Président du Réseau RECAMIER
Membre de GEMME-MEDIATION
https://www.facebook.com/ReseauRecamier/

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

5 votes

Notes de l'article:

[1Civ 2ème Arrêt n° 453 du 20 mai 2021, F-P n°20-13.912.

[2Cour d’Appel de Paris Ordonnance 10 septembre 2021 - Pôle 3 Chambre 4 - RG 21/03318.

[3Civ.2, 20 mai 2021, F-P, n°20-13.912.

A lire aussi dans la même rubrique :

Sur le Village de la Justice aujourd'hui...



144 580 membres, 21434 articles, 126 352 messages sur les forums, 3 900 annonces d'emploi et stage... et 2 100 000 visites du site par mois. *

C'est nouveau >

Du nouveau sur Le Village : vos notifications personnalisées !

Focus sur >

Comment libérer les freins au recrutement des cabinets d'avocats ?




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs