Accueil Carrières en droit Conseils pour votre carrière juridique

Juristes, 4 étapes pour une expatriation réussie : 2ème étape.

Par Sarah Ouis, Legal Counsel.

Ami(e)s juristes, vous l’aurez sûrement compris à travers le premier article de cette saga, réussir son expatriation n’est pas une mince affaire et nécessite de développer une stratégie prenant en considération différents facteurs dont l’établissement d’un plan d’actions et la définition du moment opportun au départ.

Ceci est un bon début mais il vous conviendra de poursuivre vos efforts notamment en développant vos connaissances logistiques et culturelles sur la destination convoitée.

Cet article, s’inspirant principalement des leçons tirées de ma propre expérience d’expatriation juridique tumultueuse à Londres (pour lire l’article, c’est ici), vient souligner l’importance à accorder à l’adaptation aux normes du pays d’accueil.

Si à Rome on fait comme les romains, ce dicton est probablement transposable pour toutes les villes du monde et Londres à titre d’exemple ne sera sûrement pas l’exception venant confirmer la règle.

I. Appréhender les us et coutumes locales est un élément capital et viendra nécessairement influer positivement ou négativement sur vos possibilités de réussite à l’étranger.

Ainsi, il sera nécessaire dans votre plan d’actions d’anticiper les modalités de votre arrivée et notamment :

  • Avoir des pistes pour vous établir dans le pays d’accueil (par exemple, rechercher une école, un logement, une famille d’accueil) ;
  • Se renseigner sur le coût de la vie et les démarches administratives ;
  • Dans le cadre d’un projet de développement linguistique, se renseigner sur le marché de l’emploi local pour les emplois ne nécessitant pas une maîtrise experte de la langue et,
  • Anticiper un budget de départ suffisant à couvrir non seulement vos frais d’installation mais également assurer une certaine sécurité financière notamment dans l’hypothèse du fameux plan B fiasco.

Dans l’hypothèse d’un développement de carrière juridique à l’international préparer son départ c’est en outre :

  • Communiquer professionnellement dans la langue locale ou la langue des affaires (certains pays offrent des opportunités professionnelles nécessitant ‘uniquement’ la maîtrise de l’anglais tel que les Pays-Bas, Les Emirats Arabes Unis, certains pays d’Asie comme Singapour) ;
  • Se renseigner autant que faire se peut sur la culture du pays, ce qui peut être dit et au contraire les erreurs à ne pas commettre ;
  • Comprendre les méthodes de recrutement dans le secteur du juridique et notamment les pistes pour rechercher un emploi, les normes d’un CV dans le pays (pour consulter mon article au sujet des normes d’un CV au Royaume Uni, c’est ici) ou encore la grille de rémunération dans la profession convoitée selon le lieu de travail ;
  • Appréhender les possibilites de s’etablir dans le pays selon le corps de metier (juriste, collaborateur en cabinet, paralegal), le secteur d’activite (Finance, IT, Energie, Life Sciences) ;
  • Eviter toute comparaison ou positionnement par rapport à son pays d’origine au risque de dévoiler au grand jour votre méconnaissance du pays dans lequel vous souhaitez vous établir.

II. Pour vous donner l’exemple d’une stratégie à ne certainement pas reproduire chez vous :

Un professionnel suite à une proposition d’embauche pour son premier emploi à Londres, visiblement déçu de la proposition de salaire faite par ce potentiel employeur, a souhaité avoir mon opinion sur son approche venant à justifier son souhait de bénéficier d’une rémunération plus attractive.

Son projet d’email ressemblait à ceci :

First of all,

Thank you to all people I met at XXXX, XXXX that I saw in job interviews, and you as well with all your following.

I’m really happy and excited about the possibility of working at XXXX, it’s a really good project, and it will be a great step for me to grow up.

Unfortunately, before giving a final answer, I prefer to tell you that the current offer seems a little bit low. In fact, I have already two other offers in France with 42/43k€ by year, and with benefits like : 50% of lunches refunded, 50% of cost of transport refunded, good healthcare, 13 month salaries, etc.

I told you in the first meeting the 40k I wanted in France was just a small example, but cannot be taken as a reference for London.

As you already know, life in London is really expensive, more than Paris ( 35%) which is also an expensive one.

For a fair comparison, I’ll give you those examples : (je vous passe les détails mais il s’agissait d’un tableau point par point et au centime d’euro près du coût de la vie, des transports, en passant par le coût moyen des logements à Paris et des avantages divers tels que les tickets restaurants).

In the end, the life in London is more expensive than Paris by around 20 and 35%.

Also, except the cost of life in London, I also thought that London salaries in the industry were quite higher than that.

So the offer is too low for now to reach an agreement. I was more thinking about an offer around £45k by year instead of £37k, I don’t know if you could reevaluate your offer, but other offers I have in Paris have better salary and benefits.

Vous aurez probablement deviné mon opinion mais ce positionnement ne me semble pas du tout conforme aux normes anglaises et pour plusieurs raisons :

  • La justification est excessive, non nécessaire et dessert le candidat en ce qu’elle semble renvoyer l’image de quelqu’un cherchant par tous les moyens possibles d’obtenir plus d’argent, sans vraiment y croire lui-même ;
  • La communication est à revoir car non adaptée au cadre professionnel, encore moins dans un process de négociation d’une offre d’emploi : le ton de l’email surtout pour un Anglais qui le lirait, paraît extrêmement ‘rude’ et négatif. "I told you that, as you already know, I thought salaries were higher than that, it was just a small example and cannot be taken as a reference, I prefer to tell you"
  • La comparaison avec les avantages sociaux de Paris est abusive, hors de propos et je dirai même insupportable. Un recruteur serait légitimement tenté de lui répondre, si vous êtes si content et satisfait des conditions de travail à Paris, vous pouvez également décider d’y rester ;
  • L’email laisse malheureusement transparaitre l’image d’un candidat arrogant, qui ne semble pas apprécier l’offre et si sûr de lui-même que de toute façon il est convoité par des entreprises parisiennes qui elles, savent apprécier sa valeur.
  • Le candidat ne semble pas offrir une grande possibilité de négociation, en clair c’est vers 45K (mais pas trop loin non plus, il ne faut pas exagérer !)

Nous avons ici l’image d’un candidat qui :

  • Ne semble pas apprécier l’offre faite par cet employeur dans le cadre d’une première opportunité à Londres ;
  • Semble arrogant et estime que son ego a été touché par cette proposition relevant du scandale ;
  • Ne semble nullement justifier d’une raison valable pour négocier l’offre (telle que la concurrence dans le marché local) ;
  • Semble ignorer le marché londonien pour son type de profil tant la comparaison faite avec le marché parisien est excessive.

Vous l’aurez compris, réécrire l’e-mail relevait de l’urgence absolue, au risque pour ce candidat de créer une situation de non-retour avec ce potentiel employeur.

Le nouvel e-mail ressemble davantage à ceci :

First of all, I would like to sincerely thank you for giving me this fantastic opportunity of being part of XXX. I would be delighted to work at XXX and very keen to embark on XXX’s journey and further contribute to its growth.

However, I feel that the salary on offer does not exactly match what I would have expected for my profile and experience in the London market. I was more expecting something in the like of 40 and 45K. Is there any way you could kindly reconsider your position as this is really the only element that is holding me back from accepting this great opportunity.

Résultat – l’employeur a accueilli sa demande de négociation sans frustration et est revenu avec une offre plus compétitive, au plus grand bonheur du candidat.

III. Si je devais résumer cet article en quelques points pour les juristes parmi vous projetant une expatriation prochaine dans le cadre professionnel, je vous recommanderai ainsi de :

  • Préparer votre projet sereinement notamment en appliquant les conseils du précédent article ;
  • Vous renseigner sur l’état du marché juridique local pour comprendre les attentes pour votre type de profil (juriste d’entreprise francophone européen et de formation civiliste par exemple) selon notamment le secteur d’activité (industrie, services...), la spécialisation (certains domaines sont plus facilement expatriables que d’autres tels que la data protection ou le droit financier) mais aussi le niveau d’expérience (pour citer l’exemple du UK, le marché des juniors-mid level européens est plus dynamique que le marché des seniors) et les grilles de rémuneration correspondantes (au UK les agences spécialisées dans le recrutement juridique publient souvent des guides de salaire selon les régions, le type de poste, le secteur et le niveau d’expérience) ;
  • Adapter vos recherches d’opportunités juridiques aux normes locales en utilisant notamment les sites de recrutement juridique locaux (pour le UK par exemple TotallyLegal), les intitulés de poste locaux se rapprochant au mieux de votre profil (au UK les intitulés se suivent mais ne se ressemblent pas, un juriste d’entreprise peut se traduire sous différentes formes du Legal Counsel en passant par le Legal Ninja - les sociétés dans le secteur de la tech raffolent des titres originaux) ;
  • Adapter vos méthodes de candidatures et notamment son CV (pour le UK encore une fois pour quelques conseils c’est par ici) ;
  • Vous familiariser avec les us et coutumes professionnelles notamment lors des process de recrutement (pour reprendre l’exemple du UK, négocier son salaire et généralement parler d’argent n’est absolument pas un tabou, a condition évidemment d’y mettre les formes - cf l’exemple pratique ci-dessus).

S’accoutumer aux normes locales, c’est adapter son attitude, son positionnement et également son mindset.

Je consacrerai d’ailleurs l’intégralité de mon prochain article sur l’importance d’adopter le bon mindset en faisant l’éloge de la concession et le rejet de la gratification instantanée (mon passage préféré !)

Stay tuned !

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

17 votes

Article lié :