Accueil Carrières en droit Conseils pour votre carrière juridique

5 "tips" pour un CV aux normes du Royaume-Uni.

Par Sarah Ouis, Legal Counsel.

Alors que je recherchais pour l’un de mes contacts des candidats intéressés par un poste de juriste à Londres, j’ai reçu pas moins de 10 candidatures en l’espace de 7 heures !

Brexit ou pas, le besoin d’expatriation des Européens et notamment Français lui ne semble pas s’amoindrir !

A force de discussion avec des candidats potentiels et de retravailler avec eux leurs CV, j’ai pu y déceler certaines carences communes qui, à mon humble avis, sont facilement rectifiables et permettent d’accroître les chances d’être considéré par les recruteurs britanniques.

En effet, certaines candidatures peinent à retranscrire la véritable valeur ajoutée de leurs auteurs au regard des règles anglosaxonnes. Or il serait dommage de passer à côté d’une opportunité pour si peu, alors même que le CV constitue la première chose que tout recruteur potentiel va étudier.

Il m’est apparu dès lors essentiel de faire un petit topo sur le sujet car effectivement, les attentes anglaises quant aux candidats diffèrent de façon notable et expatriation rime nécessairement avec acclimatation aux normes locales.

Que vous soyez en recherche d’un stage, ou d’un emploi dans un pays anglosaxon, ces 5 "tips" vous donneront je l’espère une meilleure préparation.

1. A CV in English please !

Alors vraiment je tiens à m’excuser auprès de celles et ceux pour qui cela va de soi (je le pensais aussi) mais plusieurs personnes m’ont fait parvenir un CV en français. Alors oui en tout bon Français que nous sommes, nous chérissons la langue de Molière, mais lorsque l’on envoie une candidature dans un pays étranger, il est indispensable que celle-ci soit faite dans la langue du pays en question. Les Anglais ne sont, en prime, pas spécialement réputés pour leur maîtrise des langues étrangères. Donc allez on reprend du début, where is Brian ?

2. Oubliez la photo et le CV d’une page.

Nous avons tous (ou à tout le moins pour la plupart d’entre nous), reçu cet enseignement strict et au semblant universaliste selon lequel un CV devait tenir sur une page et inclure une photo professionnelle. Guess what ? Ces règles de forme ne s’appliquent pas au Royaume-Uni ! (« standing ovation »)

Il est assez commun ici de voir des CV comportant deux voire trois pages d’historique professionnel et académique et sans photo ! Si comme moi, le photomaton et vous n’êtes pas amis vous apprécierez certainement cette nouvelle.

3. "The personal statement".

C’est assez commun au UK, le personal statement est un peu ce qui ressort de différent sur vous par rapport à un autre CV professionnellement similaire. C’est la cerise sur le gâteau voire la cerise avant le gâteau car il fait partie des premières choses que le recruteur va regarder (il apparaît en haut du CV en général sous votre intitulé )

Evitez les compliments à rallonge de type ’je suis un(e) candidat(e) absolument génial(e), extra motivé(e) etc." vous aurez tout le loisir de démontrer vos qualités personnelles lors des futures étapes du processus de recrutement.

Le personal statement doit définir qui vous êtes, ce que vous recherchez et vos objectifs afin de donner au recruteur, en deux secondes, un aperçu de votre profil.

Exemple : prenez deux juristes admis au barreau français, l’un souhaitant passer l’équivalence et exercer en tant que solicitor en cabinet d’avocat et l’autre souhaitant développer une carrière de juriste d’entreprise à l’étranger (pour mon article sur ce sujet c’est ici).

Le solicitor en devenir aura un "personal statement" de type : "I am a French qualified lawyer, admitted to the Paris Bar, specialised in IT with X years of experience in SaaS and data protection and looking to develop an international legal career in the technology sector in London. My plan is to become qualified in the UK in the coming years and work for an international law firm within the IT/Privacy department"

Le recruteur aura donc une tendance à potentiellement positionner le candidat sur des opportunités à court terme ou proposer sa candidature à un employeur qui serait disposé à soutenir le candidat dans sa démarche de double qualification.
Le juriste d’entreprise lui aura davantage de chances de se voir proposer des opportunités à long terme en entreprise.

4. Experiences first.

Lorsque vous vous positionnez pour un emploi et d’autant plus au Royaume-Uni, partez du postulat selon lequel les recruteurs non seulement ne vous connaissent pas et ont encore moins de chance de connaître vos formations...
En revanche, ils vont connaître votre corps de métier, certaines entreprises pour lesquelles vous avez travaillé raison pour laquelle vos expériences professionnelles doivent figurer en premier dans votre CV.

5. Une description pragmatique et détaillée des missions.

Je pense que je ne le répèterai jamais assez. Les Anglais sont extrêmement pragmatiques. Ils raffolent des détails, d’exemples concrets, de mises en situation, de données chiffrées. Cela s’applique dès l’étape du CV. Donc pas d’envolées lyriques, juste de l’information concrète et en nombre.

Cela se traduit notamment par la présentation de vos employeurs, ne vous contentez pas du nom de l’entreprise, précisez la taille, le nombre d’employés, la présence (ou non) à l’international, la taille de votre équipe.

Puis élaborez sur les missions et projets réalisés par catégories. Pour les juristes parmi vous, et à titre d’exemple, listez donc non seulement les différentes catégories de missions (contrats, conseil aux opérationnels, contentieux) mais allez plus loin dans votre descriptif en précisant le type de contrats traités (NDA, services agreement, terms and conditions, Master Services Agreement), le type de support délivré aux opérationnels (conseil, formation..) et les catégories d’opérationnels (commerciaux, acheteurs, équipes marketing), les type de contentieux gérés (B2B/B2C) et l’étendue de vos missions (mises en demeures, suivi avec les avocats extérieurs etc.)

Le contexte dans lequel vous avez opéré est aussi déterminant car il permet de donner une meilleure idée de l’environnement dans lequel vous avez développé vos compétences (un juriste dans une start-up ne rencontre pas nécessairement les mêmes challenges qu’un juriste faisant partie d’une équipe juridique importante dans un grand groupe). Cette hypothèse se valide également pour les avocats dont la taille du cabinet peut avoir un impact plus ou moins important sur les missions des collaborateurs.

Donner un aperçu de l’environnement économique et financier de l’entreprise peut enfin donner des indicateurs forts sur vos expériences (les Anglais attachent de l’importance aux chiffres et aiment avoir une idée d’une croissance du chiffre d’affaires, la valeur des transactions dans lesquelles vous avez été impliqué(e) etc.)

Un recruteur cherche nécessairement à se projeter et plus vous lui donnerez de détails, plus il sera à même de juger de votre capacité à correspondre à ses besoins.

A vos CV !

Sarah OUIS, Legal Counsel à Londres.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

29 votes