Par Juliette Daudé, Avocate.
 
Guide de lecture.
 

L’obligation d’entretien de l’enfant majeur : jusqu’à quand les parents doivent-ils payer ?

Le rallongement de la durée des études et la conjoncture économique retardent de plus en plus l’arrivée des jeunes sur le marché du travail.

Dans l’attente de leur indépendance financière, leurs parents doivent alors continuer à les « entretenir ».

L’article 371-2 du Code civil dispose en effet que « Chacun des parents contribue à l’entretien et à l’éducation des enfants à proportion de ses ressources, de celles de l’autre parent, ainsi que des besoins de l’enfant.
Cette obligation ne cesse pas de plein droit lorsque l’enfant est majeur.
 »

Pour les parents mariés, l’article 203 du Code civil dispose que : « Les époux contractent ensemble, par le fait seul du mariage, l’obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants ».

Toutefois, la loi n° 2002-305 du 4 mars 2002 a supprimé la distinction entre enfant naturel et enfant légitime de sorte que l’obligation d’entretien telle qu’elle découle de cet article s’applique aux enfants issus de couples mariés ou non.

Enfin, l’article 27 de la Convention internationale des droits de l’Enfant précise que : « Les Etats-parties reconnaissent le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social.
C’est aux parents qu’incombent, au premier chef, la responsabilité d’assurer, dans les limites de leurs possibilités et de leurs moyens financiers, les conditions de vies nécessaires au développement de l’enfant
 ».

L’obligation d’entretien, qui est aussi qualifiée d’obligation alimentaire, s’entend dès lors des besoins matériels essentiels de l’enfant (nourriture, vêtements, chauffage, logement, soins médicaux & chirurgicaux..) et des besoins d’ordre moral et intellectuel (frais de scolarité, de formation…).

Le but de l’obligation alimentaire est finalement de donner à l’enfant une autonomie lui permettant de s’assumer financièrement.

L’obligation d’entretien du parent à l’égard de son enfant est uniquement fondée sur l’existence d’un lien de filiation. Elle n’est donc pas liée à l’autorité parentale ni à la résidence ou au droit de visite.

Ainsi, même le parent déchu de l’autorité parentale est titulaire d’une obligation envers son enfant dans la mesure où la filiation est établie.

Si à l’origine, l’obligation d’entretien a été conçue pour l’enfant mineur, la loi du 4 mars 2002 est venue insérer une disposition dans le Code civil qui prévoit que l’obligation parentale ne cesse pas de plein droit à la majorité de l’enfant.

Toutefois, le législateur est resté silencieux sur les conditions dans lesquelles cette obligation subsiste après la majorité de l’enfant ; la jurisprudence a alors dû fixer les modalités pratiques concernant l’obligation après la majorité de l’enfant.

- Les conditions de l’obligation d’entretien à l’égard de l’enfant majeur

Si l’enfant mineur dispose d’un droit absolu à être aidé financièrement par ses parents, le majeur n’a qu’un droit conditionnel, lié au fait qu’il ne peut subvenir lui-même à ses propres besoins.

Avant 2004, la jurisprudence imposait des circonstances de nature à justifier la continuité du devoir d’entretien des parents à l’égard de leur enfant devenu majeur et notamment la poursuite d’études afin d’obtenir une qualification professionnelle.

Toutefois, la loi du 4 mars 2002 a modifié l’article 371-2 du Code civil en précisant que la majorité n’était pas une condition de la cessation de l’obligation mais sans limiter pour autant le maintien de cette obligation aux seuls enfants majeurs poursuivant des études.

Néanmoins, selon une jurisprudence constante, l’obligation d’entretien des parents à l’égard des enfants majeurs apparaît limitée aux enfants encore étudiants.

Le caractère réel et sérieux des études est pris en compte, c’est-à-dire l’assiduité de l’étudiant, ses aptitudes, la qualité de son travail mais également ses échecs.

Enfin, la Cour de cassation, dans un arrêt de la 2e Chambre civile, rendu en date du 27 janvier 2000, a précisé que l’obligation devait perdurer jusqu’à ce que l’enfant ait un emploi régulier lui permettant d’être autonome.

- La mise en œuvre de l’obligation d’entretien à l’égard de l’enfant majeur

L’obligation d’entretien à l’égard de l’enfant majeur a vocation à être demandée par l’enfant lui-même, par le parent qui assume la charge de cet enfant à l’autre parent ou bien encore par un tiers ayant subvenu aux besoins de l’enfant.

Mais l’enfant majeur qui réclame une aide alimentaire doit être dans le besoin, c’est-à-dire dans l’impossibilité de pouvoir subvenir à sa subsistance par ses biens personnels ou par le travail.

Il appartient ainsi au créancier d’aliments (l’enfant majeur) de rapporter la preuve de ses besoins.

L’obligation d’entretien peut se mettre en place par la voie amiable ou bien suite à la saisine du Juge aux Affaires Familiales.

L’obligation d’entretien peut être versée peut prendre la forme soit d’un versement mensuel d’une somme d’argent, soit d’avantages en nature (logement, nourriture…).

L’article 211 du Code civil dispose en effet que : « Le juge aux affaires familiales prononcera également si le père ou la mère qui offrira de recevoir, nourrir et entretenir dans sa demeure, l’enfant à qui il devra des aliments, devra dans ce cas être dispensé de payer la pension alimentaire ».

Il convient de préciser que, pour se voir condamné à verser une obligation alimentaire à son enfant, le débiteur d’aliments doit avoir des revenus suffisants. Sa situation financière est donc examinée par le Juge aux Affaires Familiales.

- Les motifs d’extinction de l’obligation d’entretien à l’égard de l’enfant majeur

Le parent condamné à verser une pension alimentaire pour son enfant ne peut cesser de sa propre initiative tout versement sous prétexte que l’enfant est devenu majeur.

Il faudra en effet qu’il saisisse le Juge aux Affaires Familiales afin de se libérer de son obligation, en apportant la preuve que ses enfants ne sont plus à la charge de l’autre parent et donc qu’il parvient seul à subvenir à ses besoins [1].

Si le débiteur d’aliments cesse de son propre chef de verser la pension alimentaire pendant plus de deux mois, il pourra être poursuivi pour abandon de famille et encourt alors 2 ans d’emprisonnement et 15.000€ d’amende.

Il est donc préférable de prendre toutes les précautions utiles et de saisir le Juge aux Affaires Familiales pour faire constater l’extinction de l’obligation alimentaire.

Notes :

[1Cass. Civ. 1ère 4 décembre 2013 pourvoi n°12-28.686.

Juliette Daudé

Avocate à la Cour

Site : http://cabinet-avocat-daude.fr/

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

4223 votes
Commenter cet article

Vos commentaires

  • par Dubroeucq , Le 16 septembre à 09:40

    Bonjour

    Cette obligation est-elle valable pour les beaux enfants ?

    Merci

  • par Nina , Le 24 juillet à 09:53

    Bonjour,

    Mon conjoint a une obligation de paiement de pension alimentaire pour sa fille de bientôt 19 ans, la question est la suivante : comment faire pour arrêter le paiement dans la mesure ou sa fille n’est pas étudiante et qu’elle a décidé sans tenir compte de l’avis de son père de faire un enfant ? Aujourd’hui elle et sa mère ont déménagé sans fournir de nouvelle adresse. Elle a eu son enfant, perçoit à ce titre des aides et des prestations familiales, est donc autonome financièrement. Nous ne savons pas quoi faire et où trouver les informations nécessaires les concernant étant donnés que nos courriers en lrar sont restés sans réponse. Quelles sont nos droits par rapport à cette situation particulière ? Comment faire une demande de suspension de paiement de pension alimentaire et à quel endroit, puisque ne n’avons pas d’adresse ? A quel tribunal faire la demande, étant donné qu’il faut le faire à celui du lieu d’habitation de la mère et la fille ? Et comment prouver qu’elle est autonome financièrement car nous n’avons aucune possibilité de le faire, que les réseaux sociaux qui apportent la preuve de sa maternité, vu que celle ci ne répond a aucune de nos demandes....
    Merci pour votre aide, dans l’attente.

  • par lili , Le 30 juin à 18:01

    bonjour, je suis en garde alterné avec le père de mon fils et c’est lui qui touche toutes les aides liés à mon fils ainsi que les bourses d’études ou de cantine.
    je voulais savoir si c’était à lui de payer en totalité les frais de cantines ou on devait se les partager ? sachant que je ne touche rien pour mon fils .
    merci

  • par Gresser , Le 17 juin à 13:25

    Bonjours j ai besoin d aide il se trouve que depuis le 6 juin 2020 j ai ma nièce Cher moi , ma sœur jumelle et décédé en 2014 donc ma nièce est partie vivre avec sont père qui lui été marié étant séparé de ma sœur bien avant sont décédé , la question et que ma nièce ça se passer très mal cher sont père donc elle as voulut venir vivre cher moi du coup sont père se décharge de tout ne pay rien elle est toujours à l école je doit faire quoi car même la mutuelle il faut que je la mette avec moi il as dit vous pouvait me dire qu elle sont mes droit

  • par Sirage Eddin Duckers , Le 7 avril à 16:28

    La loi oblige les parents à assumer le payement des études des enfants majeurs, ils ont donc une obligation équivalente ou identique à celle qu’ils avaient en tant que mineur. Mais ils n’ont plus les droits qui accompagnent ce droit. Autrement dit : Je dois payer les études de mon fils, ce qui est normal, mais je n’ais aucun droit de regard sur son travail ou sur sa bourse d’étude ni sur ses résultats scolaires.
    Pourtant dans la notion de droit que l’enfant à, ou tout autre personne a, il y a la notion d’obligation qui correspond à ce droit. Un droit ne va pas sans obligation de contre partie.
    L’obligation est un lien de droit en vertu duquel une ou plusieurs personnes, physiques ou morales peuvent exiger une prestation ou une abstention d’une autre ou de plusieurs autres personnes, les débiteurs. Ce lien juridique implique un pouvoir de contrainte du créancier sur le débiteur en vue de le forcer à s’exécuter. (Ceci à titre d’exemple). Comment ce fait-il que je ne puisse prétendre à ce même processus avec mes enfants dans le cadre des études supérieurs ?

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs