Propos recueillis par la Rédaction du Village de la Justice.

 
  • 693 lectures
  • Parution : 25 juin 2020

  • 5  /5
Guide de lecture.
 

Témoignage d’avocats post-confinement (3) : vers quel usage du droit ?

Pendant le confinement, nous avons demandé à la communauté des juristes de témoigner de leurs conditions de travail durant cette période inédite et si particulière (A (re)lire ici). Au delà de ce qu’ils nous ont appris sur l’attachement des professionnels du droit à leur métier, ces témoignages sont venus également interroger le rapport que nous entretenons tous, collectivement et individuellement, au Droit.
Le confinement terminé, nous avons envie de continuer à explorer les transformations des métiers du droit, qui étaient déjà en cours et que la crise a précipité, et d’étudier comment celles-ci s’inscrivent dans notre société.

Sara Byström, avocate au barreau de Paris et dont le cabinet a une dimension internationale, nous livre un regard positif sur cette période et les incidences de cette dernière sur la profession d’avocat.

Village de la Justice : Que pensez-vous de l’usage qui a été fait du droit durant la période de confinement et de l’usage qui en est fait maintenant ?

"Il y a eu des expériences positives comme celles de l’usage des audiences par vidéo-conférence."

Sara Byström : « On enseigne en introduction au droit que les règles de droit ont pour finalité d’organiser la vie dans la cité et de la réguler. Le rôle du droit étant donc de s’adapter aux besoins de la société, les gouvernants doivent prendre les décisions qui leur semblent justes afin de satisfaire cette fonction. A partir du moment où un impératif, ici de santé publique, a été décelé, il semble logique que les activités juridiques, elles aussi, aient été fortement réduites en dehors des activités nécessaires au fonctionnement, justement, de la vie très réduite de la cité. Il y a par ailleurs eu des expériences très positives comme celles de nombreux tribunaux de commerces qui ont bien pris le virage du digital avec des audiences par vidéo-conférence durant le confinement, également apprécié de beaucoup d’avocats.

Aujourd’hui, le retour du droit dans la vie de la société se fait, me semble-t-il au fur et à mesure, parfois avec du retard accumulé, ce que l’on peut comprendre étant donné cette situation inédite. »

Quel est le ressenti de vos clients du confinement (restriction de liberté, institutions fermées...) ?

« Les clients ont dans l’ensemble été compréhensifs même si, pour certains clients étrangers, le confinement strict n’était pas le choix de leur pays, dont par exemple la Suède. L’activité personnelle ou professionnelle ayant continué durant le confinement pour certains d’entre eux, nous nous sommes avec plaisir adaptés à leur besoin de soutien et d’assistance. Il est vrai que de façon générale les clients ont apprécié notre capacité d’adaptation durant la crise puisque nous sommes restés disponible durant toute cette période à distance et avec tous les outils et moyens habituels. De la sorte, pratiquement tous les dossiers ont pu continuer à être traités.

Dans certains dossiers, où nous interagissons avec des notaires, nous avons été dans de très bonnes conditions de travail. Faisant suite au Décret du 4 avril 2020, les notaires ont en effet pu effectuer des actes notariés à distance ce qui allait dans le sens du maintien de certaines activités plus ou moins urgentes. Pour les clients déjà fortement adaptés aux communications numériques cela a été très positifs de voir la France étendre les moyens numériques.
Nous avons d’autre part été agréablement surpris par la réactivité de l’administration fiscale et la gestion des dossiers en cours et ce dès le début du confinement.

Enfin, nous avons mis ce temps de confinement à profit en développant de nombreux projets sur lesquels nous espérons avancer dans les mois à venir. »

Cette période traversée par la France, le Monde, a-t-elle une incidence sur la façon dont vous allez mettre en oeuvre votre activité d’avocat à l’avenir ?

"Les moyens technologiques ont révélé leurs capacités à rapprocher les gens (...)."

« Nous pensons que cette crise a permis de mettre en lumière à quel point les valeurs humaines, les interactions et le relationnel sont importantes, valeurs que notre cabinet a d’ailleurs toujours mises en œuvre avec un accompagnement proche, en coopération avec les clients. Les moyens technologiques ont aussi révélé leurs capacités à rapprocher les gens et montré que ce sont avant tout des moyens au service de l’homme et non pas une fin en soi.

Etant un cabinet international nous étions déjà opérationnels à distance et par tous les moyens de communication, autant pour les rendez-vous que pour le traitement et le suivi des dossiers du cabinet que ceux de notre partenaire Berg & Moll Rechtsanwälte Avocats.
Nous continuerons donc à mettre la relation avec les clients, interlocuteurs et les partenaires au premier plan, à toujours faire notre possible pour être disponibles et réactifs.

Au niveau de la profession des avocats comme d’autres organisations professionnelles, les webinars et autres séances de travail par vidéo ont montré leur efficacité. Nous espérons qu’ils continueront à rapprocher les gens et à étendre les coopérations, partager le savoir et trouver les solutions qui s’imposent aux problèmes de demain. »

Propos recueillis par la Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

6 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs