Accueil Carrières en droit Métiers du droit Professionnels du Droit

Les attentes des fiscalistes ne sont pas en ligne avec les politiques d’évolution interne.

À quoi rêvent les fiscalistes ? A quoi aspirent-ils dans leur entreprise ? Le cabinet de recrutement Fed Légal a interrogé les fiscalistes et leurs directions pour confronter les points de vue, dans une enquête intitulée « Comment fidéliser les fiscalistes ? ». [1]

Voici quelques enseignements de l’enquête.

Les politiques d’évolution interne en décalage avec les attentes des fiscalistes.

Un tiers des sondés déclarent être attachés à leur évolution interne (33 %) et la même proportion indique qu’ils quitteraient leur entreprise par manque d’évolution. Ils sont aussi 45 % à rêver de progresser dans la hiérarchie. Les possibilités d’évolution font donc clairement partie des ambitions majeures des fiscalistes.

Pourtant, seuls 26 % des directeurs réussissent à faire évoluer hiérarchiquement leurs collaborateurs... et favorisent d’autres évolutions :

Les fiscalistes sont sensibles au cadre de travail et à l’équilibre vie professionnelle / vie privée...

La majorité des fiscalistes (39 %) disent vouloir rester fidèles si dans l’entreprise règnent esprit d’équipe et bonne ambiance. L’équilibre vie privée / vie professionnelle est également un critère important pour 34 % des répondants.
Les Directions, elles, font des efforts pour favoriser la cohésion d’équipe, notamment en organisant des animations (60 %) ou en permettant aux fiscalistes d’intervenir sur des projets transverses non fiscaux (près de 34 %).

... mais sont prêts à partir pour un meilleur salaire.

Pour près d’un tiers des fiscalistes interrogés (30 %), c’est le périmètre élargi des dossiers qu’ils cherchent à obtenir en quittant leur entreprise. Mais pour la plupart, c’est bien la rémunération qui est décisive dans leur choix. 68,5 % des fiscalistes placent la recherche d’un salaire plus important en premier et en deuxième critères de départ.

Que font les Directions pour retenir leurs collaborateurs ? Elles ont recours majoritairement aux bonus (62 %) tandis qu’un tiers seulement (34,43 %) réalisent des études de rémunération comparatives du marché, 23 % établissent une grille de rémunération échelonnée.

« Les fiscalistes sont une population fidèle à leur entreprise et leur manager, tant que leur est offerte la possibité d’évoluer hiérarchiquement tout en élargissant leur champ de compétences » commente en conclusion Audrey Deleris, Manager de Fed Légal.

Source et graphique : enquête Fed Legal.

Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

4 votes

Notes :

[1Elle a été réalisée auprès de 196 professionnels (fiscalistes et managers) entre avril et juin 2017.