Le jugement d’ouverture du redressement judiciaire interdit toute action en justice des créanciers.

10.000 entreprises ont mis la clé sous la porte.
Le niveau de défaillance est de + 69% sur un an, un taux jamais observé en 25 ans.
Une hausse record.
L’explosion des défaillances de sociétés françaises constatées sur les 12 derniers mois représentent 10.000 dossiers supplémentaires en cessation de paiement en 1 an + 34%.
La situation se détériore et le nombre de défaillance augmente très vite.

Les difficultés se propagent et n’épargnent pas les PME et les moyennes entreprises.

De nombreux bailleurs ont introduit des actions avant la mise en redressement judiciaire de l’entreprise locataire en vue de faire constater l’acquisition de la clause résolutoire prévue au bail commercial pour défaut de paiement des loyers échus antérieurement au jugement d’ouverture du redressement judiciaire.

Le bailleur peut-il faire constater la résiliation du bail pour des causes financières antérieures au jugement d’ouverture ?

1°- En droit, l’ouverture du redressement judiciaire rend caduque l’ordonnance de référé rendu.

L’article L622-21 du Code de Commerce dispose que :

« Le jugement d’ouverture interrompt ou interdit toute action en justice de la part de tous les créanciers dont la créance n’est pas mentionnée au I de l’article L622-7 et tendant :
1° A la condamnation du débiteur au paiement d’une somme d’argent ;
2° A la résolution d’un contrat pour défaut de paiement d’une somme d’argent
 ».

Il arrête ou interdit également toute procédure d’exécution de la part de ces créanciers tant sur les meubles que sur les immeubles ainsi que toute procédure de distribution n’ayant pas produit un effet attributif avant le jugement d’ouverture.

Les délais impartis à peine de déchéance ou de résolution des droits sont en conséquence interrompus.

Sur la base de ces dispositions, l’ouverture du redressement judiciaire de rend caduque l’ordonnance de référé rendue.

Le bailleur ne peut donc faire constater la résiliation du bail pour des causes financières antérieures au jugement d’ouverture dés lors que l’acquisition de la clause résolutoire prévue au bail commercial pour défaut de paiement des loyers échus antérieurement au jugement d’ouverture de la procédure collective n’a donné lieu, à la date du jugement d’ouverture qu’à une ordonnance de référé frappée d’appel.

2°- Une instance de référé n’étant pas une instance en cours au sens de l’article L622-21 du Code de commerce, elle ne peut donc faire l’objet d’une reprise conformément à l’article L622-22 du Code de Commerce.

Postérieurement dès lors qu’elle n’a donné lieu, à la date du jugement d’ouverture, qu’à une ordonnance de référé frappée d’appel qui n’est donc pas passée en force de chose jugée, le bailleur ne pouvant faire constater la résiliation du bail pour des causes financières antérieures au jugement d’ouverture, il en résulte que la décision déférée, doit être déclarée caduque en ce qu’elle a constaté la résiliation du bail, ordonné l’expulsion du locataire et condamné celui-ci au paiement d’une indemnité d’occupation.

Il n’entre pas davantage dans les pouvoirs du juge des référés et, partant, dans ceux de la cour d’appel statuant dans le cadre de l’appel d’une ordonnance de référé, de fixer et d’admettre une créance à titre provisionnel, cette modalité étant exclusivement réservée aux créances du Trésor public et des organismes de prévoyance et de sécurité sociale en application de l’article L622-24 du Code de commerce.

Il appartient au bailleur de se soumettre à la procédure de vérification des créances, celui-ci justifiant d’ailleurs avoir déclaré sa créance, la fixation et l’admission de sa créance ressortant désormais à la compétence du juge-commissaire.

Il ressort à la seule compétence du juge du fond de statuer sur les manquements éventuels du bailleur à son obligation de délivrance.

En conséquence, l’ordonnance de référé rendue dont appel sera infirmée et il sera jugé que par l’effet du jugement d’ouverture, la Cour est dessaisie du litige qui avait été porté devant la juridiction des référés qui n’a plus pouvoir de statuer, une instance de référé ne constituant pas une instance au sens des articles L622-21 et L622- 22 du Code de Commerce.

Le bailleur sera donc déclaré irrecevable en sa demande dès lors qu’au jour de l’ouverture de la procédure de redressement judiciaire, l’ordonnance de référé constatant l’acquisition de la clause résolutoire était frappée d’appel, l’acquisition de la clause résolutoire pour défaut de paiement de loyers antérieurs à l’ouverture de la procédure de redressement judiciaire n’a pas encore été constatée par une décision passée en force de chose jugée conformément aux dispositions de l’article L145-41 du Code de commerce, de sorte que le bailleur ne peut plus poursuivre l’action antérieurement engagée, ce qu’interdisent les dispositions de l’article L622-21 paragraphe I, 2º, et peu important que l’ordonnance de référé soit exécutoire à titre provisoire.

Sur la base de ces dispositions, l’ouverture du redressement judiciaire rend caduque l’ordonnance de référé rendue.

Notes.

1. Arrêt Cour d’Appel de Paris Pôle 1 Chambre 3 du 10 février 2021 - RG 20/08648.
2. Arrêt Cour d’Appel d’Aix En Provence du 14 novembre 2014 - RG 12/14758.
3. Arrêt Cour d’Appel de Rouen du 18 mai 2017 - RG 16/01640.
4. Arrêt Cour d’Appel de Toulouse 3ème Chambre du 28 juin 2016 - RG 16/01066.
5. Arrêt Cour d’Appel de Toulouse 3ème Chambre du 15 juin 2017 - RG 17/01030.

Benoit Henry,
Avocat Spécialiste de la Procédure d’Appel
http://www.reseau-recamier.fr/
Président du Réseau Récamier
Membre de Gemme-Médiation
https://www.facebook.com/ReseauRecamier/

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

6 votes

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 6e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 149 730 membres, 24095 articles, 126 660 messages sur les forums, 4 080 annonces d'emploi et stage... et 1 550 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

Les statistiques 2022 sur l'emploi des Avocats et Juristes.

A LIRE AUSSI >

Plateforme "Mon Master" : pour trouver son Master plus facilement !




08:57 Stage contentieux et arbitrage 2nd semestre 2023

Réforme des indemnités journalières : les avocats ne sont pas concernés !

A. Dorange
Rédaction du Village de la Justice

  • 9241 lectures
  • 1re Parution: 30 juin 2021

  • 5  /5

Réforme des indemnités journalières : les avocats ne sont pas concernés !

À compter du 1er juillet 2021, les professionnels libéraux vont désormais pouvoir bénéficier d’indemnités journalières pendant les 90 premiers jours d’arrêt de travail. Tous les professionnels libéraux ? Non ! Les avocats ne vont pas bénéficier de cette réforme. Faisons le point sur le régime de prévoyance de l’avocat libéral.

Pris en application de l’article 69 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020, de financement de la sécurité sociale pour 2021, le décret n° 2021-755 du 12 juin 2021 définit les modalités d’application du dispositif de prestations maladie en espèces des professionnels libéraux. Il fixe également le taux de cotisation due par les professionnels libéraux et les modalités d’attribution des indemnités journalières (IJ).

À compter du 1er juillet 2021, des IJ seront versées pendant 3 premiers mois d’arrêt de travail (avec un délai de carence de 3 jours) pour les professions libérales relevant de la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL). Ne sont donc pas concernés les avocats, qui relèvent de la CNBF (Caisse Nationale des Barreaux Français) pour toutes les questions relatives à leur retraite et à leur prévoyance depuis le milieu des années 50.

En tant que professionnel libéral, l’avocat ne dispose d’aucune garantie quant à ses revenus. Cette « rançon » de la liberté peut évidemment vite devenir très problématique lorsque le praticien n’est plus en mesure de poursuivre son activité. L’invalidité, temporaire ou permanente, est précisément l’un des aléas couvert par les contrats de prévoyance. Plus largement, ceux-ci permettent de se prémunir des conséquences financières d’une impossibilité de travailler et de protéger financièrement ses proches en cas de décès.

1. La prévoyance obligatoire au niveau national.

La couverture invalidité-décès de l’avocat libéral se joue d’abord au niveau national, puisque tout avocat inscrit au tableau est, de plein droit affilié, au régime d’assurance invalidité-décès (et d’assurance vieillesse) de la CNBF.

Mais il est assez unanimement admis que les prestations de la CNBF, comme celle de l’Assurance maladie, ne sont pas toujours suffisantes pour couvrir les frais médicaux et/ou assumer les conséquences financières d’un accident de la vie.

Le praticien qui se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer, de manière temporaire ou non, va pouvoir bénéficier d’indemnités journalières. En cas d’arrêt complet du travail (incapacité totale), l’avocat libéral peut percevoir la somme de 61 euros par jour calendaire, qui est versée à partir du 91e jour d’arrêt de travail et jusqu’au 1095e jour (3 ans donc). En cas d’incapacité totale avérée de travailler au-delà de trois années, l’avocat libéral pourra prétendre à une rente d’invalidité versée par la CNBF.

2. La prévoyance complémentaire obligatoire.

Un régime de prévoyance complémentaire a été mis en place au niveau national pour pallier, au moins en partie, les faiblesses du régime obligatoire. Financé par les CARPA, il consiste dans le versement d’une indemnité journalière de 61 euros qui peut ainsi être versée pour couvrir le délai de carence de la CNBF (90 premiers jours d’arrêt de travail). Il s’agit aussi de prévoir le versement d’indemnités supplémentaires en cas d’invalidité permanente partielle, de mi-temps thérapeutique, de maternité-paternité, ainsi que d’un capital complémentaire en cas de décès, avec une désignation plus large des bénéficiaires.

Il n’en reste ainsi pas moins, pour ne parler que des indemnités journalières, qu’un avocat libéral en arrêt total de travail percevra la somme de 1 830 euros mensuels. Et cette somme ne sera pas versée pendant le premier mois en cas de maladie ; elle devra servir non seulement à couvrir ses dépenses personnelles, mais aussi les frais professionnels... On mesure, sans davantage d’explications, l’intérêt de s’intéresser aux contrats de prévoyance complémentaire, qu’ils soient collectifs ou individuels.

3. La prévoyance complémentaire facultative, collective et/ou individuelle.

La prévoyance complémentaire facultative peut être mise en place à deux niveaux. Au niveau local, en complément du régime national de prévoyance, les Barreaux ont la possibilité de souscrire des garanties collectives supplémentaires, qui seront financées par l’Ordre et/ou par chaque praticien inscrit. Ces demandes groupées permettent notamment de bénéficier de conditions financièrement avantageuses.

Mais ces différents niveaux de garantie collective peuvent encore s’avérer insuffisants pour protéger pleinement l’avocat libéral. Ce dernier pourra donc avoir tout intérêt sinon à souscrire, du moins à se renseigner sur l’opportunité de souscrire une prévoyance à titre individuel (par le praticien ou le cabinet).

Loin de nous l’idée d’être cynique ou de risquer de porter la poisse, mais il faut bien admettre qu’après plus d’une année de pandémie et la compression de l’activité subies par bon nombre de cabinets, les sujets de la prévoyance et de la prise en charge des frais de santé sont malheureusement d’actualité.

Pour aller un peu plus loin : Garanties prévoyance et complémentaire santé : c’est le moment ou jamais de s’y intéresser, Journal du Village de la Justice n°93.

A. Dorange
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

3 votes

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 6e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 149 730 membres, 24095 articles, 126 660 messages sur les forums, 4 080 annonces d'emploi et stage... et 1 550 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

Les statistiques 2022 sur l'emploi des Avocats et Juristes.

A LIRE AUSSI >

Plateforme "Mon Master" : pour trouver son Master plus facilement !




07/02 Les infractions relatives à la fausse monnaie.
07/02 Adoptez un nouveau Réflexe en Droit de la Famille : 95 % des réponses utiles pour vos rendez-vous clients en droit de la famille.
07/02 [Afrique subsaharienne] L’éducation, la santé des enfants dans les conflits armés.
06/02 Les grands-parents et le droit de visite et d’hébergement.
06/02 Renouvellement de l’essai et acceptation claire et non équivoque du salarié.
06/02 Mise a disposition grands bureaux et domiciliations (au pied du metro Courcelles – 98 bd Courcelles - 75017 Paris)
06/02 Le fournisseur d’électricité EDF sanctionné par la Cnil.
06/02 Organismes de formation et CPF : de nouveaux déréférencements et refus d’accès à EDOF en perspective.
06/02 Transcription audio
06/02 Dépenses faites par un indivisaire pour la conservation d’un bien indivis.

LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs

"> 08:55 Offre de collaboration (H/F) : droit fiscal - droit des societes

08:55 Stage en droit des sociétés

08:49 Juriste droit des affaires en organisation professionnelle h/f

08:44 Stagiaire en M&A – Droit des sociétés (F/H)

08:44 Stagiaire en M&A – Droit des sociétés (F/H)

08:44 Stagiaire élève-avocat en Corporate M&A (F/H)

08:43 Stagiaire élève-avocat en Corporate M&A/Financements structurés F/H

08:37 Stage de Juillet à Décembre 2023 - Droit Public (Contentieux)

08:33 Juriste confirmé responsable du pôle droit de l'environnement H/F

08:32 Legal manager H/F

08:04 Avocat en fiscalite du patrimoine et ingenierie patrimoniale (H/F)

L’agent public manifestant sa volonté de ne pas renouveler son CDD a t-il droit à l’allocation chômage ? Par Davy Sarre, Juriste.

L’agent public manifestant sa volonté de ne pas renouveler son CDD a t-il droit à l’allocation chômage ?

L’employeur public n’a pas à informer son agent contractuel en CDD de sa décision de renouvellement ou non du contrat, lorsque que cet agent a préalablement fait connaître à son employeur sa décision de ne pas renouveler le contrat.

L’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est un revenu de remplacement versé sous certaines conditions, aux personnes inscrites comme demandeurs d’emploi et involontairement privés d’emploi.

L’article L.5424-1 du code du travail dispose que :
« Ont droit à une allocation d’assurance, lorsque leur privation d’emploi est involontaire ou assimilée à une privation involontaire ou en cas de cessation d’un commun accord de leur relation de travail avec leur employeur, et lorsqu’ils satisfont à des conditions d’âge et d’activité antérieure, dans les conditions prévues aux articles L.5422-2 et L.5422-3 :
1° Les agents fonctionnaires et non fonctionnaires de l’Etat et de ses établissements publics administratifs, les agents titulaires des collectivités territoriales ainsi que les agents statutaires des autres établissements publics administratifs ainsi que les militaires
 ».

L’enjeu en la matière est de déterminer s’il y a effectivement une « privation d’emploi involontaire ou assimilée à une privation involontaire ».

Sur ce point, le règlement général annexé à la convention du 14 avril 2017 relative à l’assurance chômage explicite cette question.

Ainsi, l’article 2 de ce règlement dispose que :

« Sont involontairement privés d’emploi ou assimilés, les salariés dont la cessation du contrat de travail résulte [notamment] :
• d’une fin de contrat de travail à durée déterminée dont notamment le contrat à objet défini, ou de contrat de mission
• d’une rupture anticipée d’un contrat de travail à durée déterminée, dont notamment le contrat à objet défini, ou d’un contrat de mission, à l’initiative de l’employeur
 ».

De plus, concernant les agents contractuels relevant de la fonction publique hospitalière, le décret n°91-155 du 6 février 1991 relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels des établissements mentionnés à l’article 2 de la loi n°86-33 du 9 janvier 1986 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière prévoit à son article 41 que :
« Lorsque l’agent contractuel a été recruté par un contrat à durée déterminée susceptible d’être renouvelé en application des dispositions législatives ou réglementaires qui lui sont applicables, l’autorité signataire du contrat notifie à l’intéressé son intention de renouveler ou non le contrat (...) ».

Ainsi, il y a une obligation de notification par l’autorité signataire, à l’agent contractuel intéressé, de sa volonté de renouveler ou non le contrat.

Dans l’arrêt commenté, la Cour administrative d’appel de Nantes a eu à répondre de la problématique née de l’absence de proposition d’emploi de l’autorité signataire du contrat à l’agent, à la fin de son CDD, lorsque ce dernier a préalablement manifesté son refus de renouveler le contrat.

En effet, en l’espèce, un entretien dans la perspective de la fin de son contrat avait été fixé.

Le jour de cet entretien, l’agent avait envoyé un mail informant le centre hospitalier qu’il ne souhaitait pas prolonger son contrat.

La Cour a alors jugé que dans ces conditions - l’agent refuse le renouvellement du contrat avant même la proposition du centre hospitalier - l’autorité signataire n’est plus tenue de son obligation de formuler une proposition en vue du renouvellement du contrat

Par conséquent, l’agent ne peut être regardé comme ayant été involontairement privé d’emploi.

Cet arrêt s’inscrit dans la continuité de la décision de principe du Conseil d’État du 28 décembre 2017, où la haute juridiction administrative avait jugé que :

« en vertu de l’article 2 du règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011 relative à l’indemnisation du chômage, conclue sur le fondement de l’article L. 5422-20 du code du travail et agréée par arrêté du ministre du travail, de l’emploi et de la santé du 15 juin 2011, applicable aux agents publics involontairement privés d’emploi, sont notamment regardés comme involontairement privés d’emploi ou assimilés les salariés dont la cessation du contrat de travail résulte d’une fin de contrat de travail à durée déterminée ou d’une démission considérée comme légitime. Si l’article 41 du décret du 6 février 1991, relatif aux dispositions générales applicables aux agents contractuels des établissements mentionnés à l’article 2 de la loi du 9 janvier 1986, impose à l’établissement public de santé qui recrute un agent contractuel pour une période déterminée susceptible d’être reconduite de notifier à l’intéressé, dans un certain délai avant le terme du contrat, son intention de le renouveler ou non, l’agent contractuel qui fait connaître à son employeur, avant que ce dernier lui ait notifié son intention de renouveler ou non le contrat, qu’il refuse un tel renouvellement, sans que ce refus soit fondé sur un motif légitime, ne saurait, alors même qu’aucune proposition de renouvellement de son contrat ne lui aurait ensuite été faite, être regardé comme involontairement privé d’emploi à l’issue de son contrat de travail à durée déterminée. »

(CE, 28 décembre 2017, n°407009).

Ainsi, l’employeur public n’a pas à informer son agent contractuel en CDD de sa décision de renouvellement ou non du contrat, lorsque que cet agent a préalablement fait connaître à son employeur sa décision de ne pas renouveler le contrat.

Dans cette hypothèse, l’agent est réputé avoir été volontairement privé d’emploi et n’a donc pas droit au bénéfice de l’allocation chômage.

Références :
- CAA Nantes 4 octobre 2019, n°17NT03441 ;
- CE, 28 décembre 2017, n°407009 ;
- Article L. 5424-1 du code du travail ;
- Accord d’application n°14 du 14 avril 2017 relative à l’assurance chômage.

Davy SARRE
Juriste - ASTERIO cabinet d\’avocats
davy.sarre chez asterio-avocats.com

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

17 votes
Commenter cet article

Discussions en cour :

  • par RmS , Le 5 janvier 2021 à 17:29

    Bonjour,

    La cour de cassation estime dans un arrêt rendu le 16/01/2019 (N° de pouvoir : 17-11.975) que la fin de contrat de travail à durée déterminée constitue une perte involontaire d’emploi comme stipulé dans l’article 2 du règlement général annexé à la convention du 14 avril 2017 relative à l’indemnisation du chômage.

    Le fait qu’il y ai une proposition de renouvellement du contrat ou que le salarié se prononce sur sa volonté ou non de le renouveler ne devrait donc pas être pris en compte. Cela va à l’encontre de de la décision de conseil d’Etat (CE, 28 décembre 2017, n°407009) que vous présentée ici.

    Qu’en pensez vous ?

  • Bonjour,
    Dans la fonction publique hospitalière, si l’employeur a demandé oralement à un employé contractuel d’écrire qu’il cesse d’exercer sa fonction à la fin d’un ènième CDD, l’employeur peut-il par la suite déclarer que l’employé a volontairement refusé un emploi ? (Si cette lettre de l’employé est envoyée quelques jours avant la fin du contrat, sans que l’employeur ait fait de proposition écrite de renouvellement.)
    Il est effectivement coutumier d’exercer une certaine pression pour recevoir cette lettre.

    Par ailleurs, si sur la déclaration au Pôle Emploi, manuscrite et envoyée par mail seulement à l’employé, est cochée la case "fin de CDD", l’employeur peut-il plusieurs mois plus tard déclarer au Pôle Emploi qu’il y a eu un refus d’emploi (suite au rappel par l’employé d’heures à rémunérer) ?

    Merci

  • par blandine masselin , Le 9 septembre 2020 à 12:57

    Bonjour,
    Que se passe t-il lorsque l’administration a fait part de son intention de renouveler le contrat d’un agent contractuel par oral, sans production d’écrit, et que l’agent a accepté à l’oral. Est ce que cette intention est valide juridiquement ? Est ce que l’agent est lié par cette acceptation orale ?
    S’il ne souhaite plus le renouvellement, il doit faire une demande de démission qui le prive de ses droits au chômage ?

    Merci beaucoup,

    Bien cordialement,
    Bland

  • La règlementation récente impose la mise en concurrence pour l’obtention d’un poste de remplacement dans la FP Territoriale.
    Par conséquent, tout RENOUVELLEMENT de contrat est soumis à cette même règle.
    Par conséquent, le contrat est forcément rompu à la fin de l’échéance, avant de - peut-être- être renouvelé.

    Ma question : Aura t’on forcement le droit à l’ARE à la fin d’un contrat CDD dans la FPT ?

    Merci beaucoup

  • par CHARLOTTE LAURANT , Le 26 mai 2020 à 13:00

    Bonjour,
    Je suis preparatrice en pharmacie hospitalière depuis un an et demi.
    Apres plusieurs cdd de 3 mois ma cadre me propose un CDD de 2 mois.
    Puis je le refuser, aurais je droit à l ARE ?

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 6e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 149 730 membres, 24095 articles, 126 660 messages sur les forums, 4 080 annonces d'emploi et stage... et 1 550 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

Les statistiques 2022 sur l'emploi des Avocats et Juristes.

A LIRE AUSSI >

Plateforme "Mon Master" : pour trouver son Master plus facilement !




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs

"> Hier 19:52 Stage EFB Droit des assurances - Responsabilité civile

Hier 18:45 Secrétaire juridique et administratif/ve (H/F)

Hier 18:44 Collaboration libérale en M&A / private equity Paris 8ème (H/F)

Forum

Formations à venir

LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs

Nouvelles parutions

Préjudice corporel

Evaluation du préjudice corporel

Préjudice corporel : quelles indemnisations ?


Semaine Juridique

La Semaine Juridique - Édition Générale

Accédez à votre actualité juridique sous la plume d’auteurs de renom !


Fonds de commerces

Fonds de commerce 2023 - Ce qu’il faut savoir

Des réponses concrètes aux différentes problématiques juridiques posées par les fonds de commerce


A côté du droit !

[Jeu & Droit] Le jeu des 7 familles proposé par un cabinet d’avocats.


Sélection Liberalis du week-end : Danse et joaillerie...


"Droit dans les yeux" : un film et un cycle de conférences.


Régulièrement nous partageons ici avec vous quelques images du net...

La chaîne "Vidéos et droit" du Village de la justice:

- Les juristes sont-ils plus éthiques que d’autres professionels ?
- Pour faire avancer le Droit, le juriste doit-il être militant voire activiste ?
- Est-il possible de faire un pas sans marcher dans du droit ?
- Le secret professionnel peut-il survivre à la digitalisation ?