Par Laetitia Jacquier
https://du-vent-sous-la-robe.com

 
Guide de lecture.
 

Professionnels du droit : 5 bonnes raisons d’essayer le co-développement juridique entre pairs.

Comment développer sa clientèle et la fidéliser ? Comment améliorer son business model ? Comment améliorer sa communication (en interne et en externe) ? Comment gagner en productivité ? Comment proposer des services et des offres plus innovants et plus impactants ? Comment embarquer ses équipes dans un projet de transformation ?
Autant de questions auxquelles les professionnels du droit sont confrontés à un moment de leur carrière. Il est souvent difficile d’y répondre seul.e. Alors vers qui se tourner pour y voir plus clair ?

La méthode du co-développement a déjà aidé de nombreux professionnels, dans des domaines différents, à résoudre leurs problématiques, alors pourquoi pas vous ?

Le co-développement n’est ni une formation « classique », ni un groupe de parole ou de travail. Ce n’est pas davantage une séance traditionnelle de « conseil ». C’est une pratique de formation innovante, qui réunit un groupe de personnes exerçant la même profession et rencontrant ainsi des problématiques professionnelles communes. Cette pratique repose sur le groupe et les interactions entre les différents participants pour faire évoluer sa pratique professionnelle. Cela permet d’apprendre de ses pairs grâce au partage d’expérience, dans un climat bienveillant et constructif, et de trouver des solutions à ses problématiques grâce à l’intelligence collective du groupe.

Cette pratique a été théorisée dans les années 1980 par deux québécois, Messieurs Champagne et Paillette, dans des domaines autres que le droit, puis cela s’est progressivement développé dans d’autres secteurs. Cette méthode est notamment beaucoup utilisée par les managers.

Alors, si l’on transpose cette méthode au domaine du droit, qu’est-ce que cela donne ?

On peut très bien imaginer des groupes de co-développement pour l’ensemble des professionnels du droit. Par exemple, des groupes de co-développement pour avocats, juristes, notaires, huissiers, magistrats, greffiers, etc.

Prenons l’exemple des avocats : qu’on soit collaborateur, counsel ou associé, on rencontre tous à un moment donné des problématiques qui se recoupent. Alors pourquoi ne pas créer des groupes de pairs destinés à trouver des solutions à ces problématiques ?

Comment ça se passe concrètement ?

En pratique, le co-développement juridique consiste à réunir, une fois par mois (en visioconférence ou en présentiel), 4 à 8 participants exerçant la même profession juridique. Les séances peuvent durer entre 1h30 et 3h, sur une période allant de 4 à 8 mois.

Elles sont axées autour des problématiques que les participants rencontrent dans le cadre de leur exercice professionnel. En principe, les problématiques traitées ne sont pas déterminées à l’avance et sont amenées par le groupe, en fonction des problématiques du moment rencontrées par chacun.

Toutefois, des séances de co-développement à thèmes peuvent également être organisées. Dans ce dernier cas, il s’agit simplement d’inscrire la séance ou le cycle de séances sous une thématique prédéfinie. La méthodologie suivie au cours de chaque séance demeure, quant à elle, identique.

Lors de chacune des séances.

Chaque participant présente de façon synthétique au groupe la problématique professionnelle qu’il.elle rencontre. Cette problématique peut être en lien avec une idée, un projet ou une difficulté.

Le groupe choisit, parmi celles-ci, la problématique qui sera traitée au cours de la séance.

La séance se déroule ensuite de la façon suivante :

#1 Le participant dont la problématique a été choisie joue le rôle du « client » et expose aux autres participants (les « consultants ») sa problématique de façon plus détaillée. Cette problématique peut être en lien avec une idée, un projet ou une difficulté qu’il rencontre.
Lors d’un cycle de séances, le client change à chaque session, afin que tous les participants aient, tour à tour, l’occasion d’exposer une de leurs problématiques. L’objectif de chaque session est d’aider le « client » à trouver des solutions à sa problématique.

#2 Les autres participants occupent le rôle de « consultants », analysent la problématique et proposent au « client » une ou des solutions qui leur semblent pertinentes, riches de leurs propres expériences et connaissances. La force du collectif est assez étonnante et elle permet de dégager un grand nombre de propositions, aussi riches que variées.

#3 Un.e coordinateur.trice guide le groupe au travers des six étapes de la méthodologie du co-développement professionnel, le booste et enrichit les solutions proposées par les consultants.

#4 A partir des idées et propositions de solutions proposées par les consultants et la coordinatrice, le client élabore alors un plan d’action concret.

Dans ce jeu de rôle, que l’on soit client ou consultant, chacun apprend de soi-même et des autres à chaque séance grâce à la réflexion, l’expérience et les pratiques professionnelles partagées par tous. D’autant que la problématique des autres peut devenir la sienne un jour. Alors, avoir participé à une séance de co-développement, cela revient à anticiper et gagner du temps pour l’avenir.

A la fin de chaque séance, un temps dédié à l’approfondissement d’un sujet spécifique peut également être prévu.

Si le co-développement fonctionne très bien entre des membres d’un groupe qui ne se connaissent pas, ces ateliers peuvent également avoir lieu en interne d’une organisation (entreprise, direction juridique, cabinet d’avocats, réseau d’avocats, école du barreau etc.), entre membres d’une équipe ou inter-équipes, dans un format sur-mesure. Une bonne façon de résoudre des problématiques propres à une équipe ou une organisation.

5 bonnes raisons d’essayer le co-développement.

1. Une opportunité de prendre un temps de recul sur sa pratique professionnelle.

On le sait, le quotidien des professionnels du droit est très souvent particulièrement chargé et stressant. Ils passent d’une urgence à une autre et les idées, problématiques et projets envisagés restent bien souvent au stade d’une to-do list qui ne cesse d’être reportée, faute de temps. En cela, les séances de co-développement obligent à prendre un temps de recul sur sa pratique professionnelle, à faire le point et à envisager de nouvelles façons de faire. C’est également un moteur pour passer à l’action.

2. Un lieu de partage d’expérience et d’entre-aide bienveillant entre pairs.

Les professions du droit, même lorsqu’elles sont exercées au sein d’une équipe, demeurent des métiers assez solitaires et un sentiment d’isolement peut parfois se faire sentir, en particulier en cette période de crise sanitaire, lorsque l’on rencontre une problématique ou que l’on a envie de développer un projet un peu différent. Vers qui se tourner alors pour nous aider à y voir plus clair ? Les séances de co-développement offrent un lieu d’entre-aide et de partage d’expériences bienveillant avec des pairs, qui connaissent le métier, les problématiques et les enjeux y afférant. Une attention particulière est portée à ce que chacun puisse s’exprimer librement et en toute confidentialité, sans crainte notamment d’une possible concurrence. Ainsi, pour les professions libérales, sauf volonté ou accord contraire, chaque membre du groupe a un domaine d’exercice juridique distinct.

3. Des solutions concrètes et opérationnelles.

Les séances de co-développement sont pensées comme un tremplin pour se mettre en action : c’est de la formation par l’action (en anglais « action learning »). En effet, si le point de départ est une problématique, l’objectif est que le groupe reparte, à l’issue de la séance, avec des idées de solutions opérationnelles à mettre en œuvre, structurées autour d’un plan d’action.

L’impact et l’efficacité des séances de co-développement réside dans la force du collectif. En effet, à plusieurs on a davantage d’idées et on va plus loin. On peut aussi se confronter à d’autres points de vue, d’autres façons de voir les choses et de penser un problème ou une solution. Ce travail en commun est particulièrement enrichissant.

4. Une anticipation et un gain de temps pour l’avenir.

La problématique des autres, si elle n’est pas partagée à un instant T, peut devenir la sienne un jour. Alors, avoir participé à une séance de co-développement, cela revient à anticiper et gagner du temps pour l’avenir.

5. Le développement de son réseau professionnel.

Les séances de co-développement permettent de rencontrer de nouveaux confrères et consœurs, de nouer une relation de confiance, et pourquoi pas de créer de nouvelles synergies de travail.

Le co-développement se pratique avant tout, alors essayez-vous donc à une séance pour vous faire votre propre idée.

Par Laetitia Jacquier
https://du-vent-sous-la-robe.com

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

3 votes

A lire aussi dans la même rubrique :



Profitez-en !

C'est seulement aujourd'hui sur Le Village de la Justice:

Faites découvrir Kleos et bénéficiez d’1 mois gratuit pour votre filleul et vous !

Demain une autre offre !


LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs