Propos recueillis par Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

 
Guide de lecture.
 

[Grands Prix de l’innovation des Avocats] #2 « Une web TV et formation en ligne sur les AT-MP, accidents du travail et maladies professionnelles ».

Avant le vote qui aura lieu les 19 et 20 novembre prochains au RDV transformations du droit, et qui vous permettra de découvrir les pitch des finalistes – et de voter pour leur projet !-, le Village de la Justice continue de vous présenter les finalistes des prochains Grands Prix de l’innovation des avocats ! Découvrez le projet du cabinet parisien Le Faucheur Avocats, qui présente son innovation dans la catégorie « Relation-clients ».
Composée de cinq avocats et d’une assistante, l’équipe de cette structure spécialisée en droit du travail et droit de la sécurité sociale, a créé des MOOC et une web-TV pour proposer de nouveaux outils de formation à leur clientèle d’entreprises.
Son fondateur, Vincent Le Faucheur, revient sur la genèse de cette innovation, et sur les grands principes qui l’ont guidé pour la mettre au point, puis nous vous présentons notre analyse sur la proposition de valeur.

Vous pouvez assister aux pitchs publics qui verront s’affronter les cinq finalistes 2020, les rencontrer et participer au vote en direct, en vous pré-inscrivant au salon Transformations du droit (les détails horaires seront bientôt précisés).

Votre innovation répond-elle à des attentes exprimées par vos clients, ou avez-vous devancé cette attente ?

Notre cabinet spécialisé en droit social a développé une proximité importante avec ses clients. Du coup, nous avons constaté un besoin récurrent : de très nombreux clients connaissaient mal ou peu nos domaines d’interventions spécifiques notamment sur la gestion d’un contrôle URSSAF ou les accidents du travail et maladies professionnelles.

En réponse à ce besoin, au lieu produire, de façon classique, des publications sur ces sujets, je me suis dit qu’il fallait utiliser un mode de communication innovant, ludique, et différenciant.
Pour la première étape, j’ai donc utilisé le format MOOC [1], à savoir rendre accessibles des « cours » en ligne, avec des vidéos, de la documentation et des questionnaires. Celui a été animé durant 1 mois.
Mes clients, mais aussi les autres participants du MOOC nous ont alors fait remonter leur besoin de pouvoir y accéder en continue.

Aujourd’hui, j’ai donc fait évoluer le format en web TV, propre au cabinet, et accessible à tout moment.

« Il fallait que je trouve un mode de communication innovant, ludique, et différenciant. »


Nous en sommes maintenant à notre troisième MOOC. Je constate qu’il y a encore une méconnaissance de ce format, une résistance au changement et au digital. Au travers ce projet, nous contribuons ainsi à l’acculturation digitale de certains de nos clients. Nous adaptons notre communication, et peut-être de manière plus simple, pour que les personnes passent ces obstacles, et nous avons constaté une amélioration sensible.

Avez-vous eu besoin de développer de nouvelles compétences pour la mettre en place ? Et comment avez-vous travaillé avec votre équipe ?

D’abord, j’ai dû me faire accompagner par un consultant spécialiste de l’accompagnement dans la mise en place du MOOC et du digital, et j’ai dû moi-même opérer ma transformation digitale. Je ne pouvais pas mettre en œuvre ce processus innovant, sans avoir opéré, dans mon entreprise, ma transformation. Car j’en étais convaincu depuis le début : je suis chef d’entreprise avant d’être avocat, et un chef d’entreprise doit avoir des moyens de communication les plus innovants, les plus pertinents possibles par rapport à sa cible.

Tous les membres de mon cabinet ont été impliqués dans le développement de notre innovation : ils ont participé au scénario, à la création et au tournage du MOOC, et notre assistante était plus en charge de la communication. Là aussi, nous avons dû développer d’autres prestations et d’outils de communication. Ce type de collaboration au sein de l’équipe crée une émulation autour d’un projet d’entreprise, et ils ont été fiers d’avoir été le premier cabinet d’avocats en France à faire un MOOC. Cela permet aussi de leur faire passer un message que j’ai depuis des années : que le métier d’avocat doit se transformer, que nous n’aurons pas le choix et que le digital fera partie d’une des composantes de cette transformation.

« Cela permet de faire passer à mon équipe un message : que le métier d’avocat doit se transformer. »


Votre offre est gratuite : pourquoi avoir fait ce choix de l’« open éducation » ?

J’ai appris avec ma propre transformation qu’à partir du moment où on entre dans l’univers du digital, il faut aussi savoir partager gratuitement certaines choses - ce qui n’est pas du tout culturel chez les avocats. Nous sommes plutôt dans des chasses gardées, et cela a aussi été une vraie révolution pour moi.
Pourquoi gratuit ? D’abord, parce que les utilisateurs ne vont pas payer une prestation sans voir ce qu’il y a derrière ; mais j’ai surtout veillé à un subtil dosage entre en donner suffisamment pour voir le savoir-faire du cabinet, sans trop en donner et éviter de se faire vampiriser.

Nous avons déjà pu en constater les bénéfices, même si cela a été long : concernant, les deux premiers MOOC consacrés au contrôle URSSAF, je n’ai plus besoin de communiquer aujourd’hui. Mes clients et les prescripteurs savent que nous sommes l’un des spécialistes dans ce domaine en France. Celui concernant la gestion des accidents du travail et des maladies professionnelles est encore récent, mais nous en voyons très rapidement les effets. Je sais que cela va prendre du temps, mais nous avons avec cette web TV un très bon outil de communication pour des prospects.


Le point de vue de la Rédaction :

La problématique : Les clients et contacts des avocats connaissent mal les multiples domaines d’intervention qu’un avocat peut leur proposer en droit social. Si l’on ajoute qu’ils sont souvent dans l’urgence en la matière, ils pensent rarement à l’avocat suffisamment en amont.

La solution choisie : Une formation "autonome" en ligne de type MOOC et une web TV est proposée par le cabinet, rendant le client libre de s’informer quand il le souhaite, de progresser dans sa connaissance et ce dans un format vidéo plus facilement appréhendable qu’un article.

La proposition de valeur : Le cabinet est ici en posture de partenaire par le conseil, il apparaît clairement moderne et différenciant par le format (vidéo et gratuité) et apporte une contribution proche de la formation, donc valorisante.

Notes :

[1Massive Open Online Course.

Propos recueillis par Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

6 votes
Commenter cet article

Vos commentaires

  • par loloslashbuk , Le 4 février à 13:43

    la pédagogie au travail passe par la formation. Les employeurs méconnaissent la difficulté du travail des salariés et les salariés méconnaissent leurs droits.
    voilà une belle initiative

A lire aussi dans la même rubrique :

Sur le Village de la Justice aujourd'hui...



141 520 membres, 19433 articles, 126 000 messages sur les forums, 2 850 annonces d'emploi et stage... et 2 300 000 visites du site le mois dernier. *

L'interview >

2020, l'année des protections juridiques ?

Focus sur >

Le Bilan numérique des Avocats, l'évolution des pratiques en 2020.




LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs