Accueil Management Technologies et innovations pour les métiers du droit

Young Avotech, la transformation digitale vue par les jeunes avocats.

L’évolution du métier d’avocat ne concerne-t-elle pas aussi (voire surtout ?) les jeunes générations ? C’est pour les faire participer à la transformation digitale de la profession qu’a été créé Young Avotech.
Julie Serrier, élève-avocate au sein de Squair et présidente de l’association, et son vice-président Arthur Sauzé, avocat au sein d’EY Société d’Avocats, préparent actuellement son lancement, qui aura lieu lors du Village de la Legaltech. Ils ont accepté de nous en dire plus sur cette nouvelle entité, et les projets qui seront mis en route pour informer et accompagner élèves-avocats et jeunes avocats face aux enjeux de demain.

Pourquoi créer une association spécialement dédiée aux jeunes avocats, en matière de legaltech ?

Le processus de recrutement pour intégrer l’association se veut ouvert et en même temps ciblé. Sont conviés à rejoindre l’association toutes les personnes se destinant à la profession d’avocat, élève-avocat ou avocat dans leurs premières années d’exercice. La seule exigence est qu’ils s’inscrivent, de par leur projet ou leur pratique (entrepreneur ou intrapreneur) dans la transformation digitale de la profession d’avocat. Outre les besoins spécifiques des jeunes praticiens, l’objectif de l’association est de montrer que la nouvelle génération qui entre sur le marché du droit est pleinement consciente des transformations qui s’opèrent, et souhaite se réunir afin de promouvoir un exercice différent de la profession correspondant également aux nouvelles attentes de ses clients. Preuve de l’intérêt que les jeunes professionnels portent à ce sujet, notre page a été suivie par plus 100 personnes en 3 heures sur les réseaux sociaux.

« L’objectif est de montrer que la nouvelle génération est pleinement consciente des transformations qui s’opèrent. »

Le bureau n’est actuellement officiellement composé que de deux personnes. Nous recrutons nos futurs membres et faisons passer des entretiens afin d’intégrer à la fois les étudiants, élèves-avocats et professionnels les plus motivés dans l’équipe. Toute personne intéressée par la démarche peut librement postuler sur nos pages Facebook ou Linkedin pour intégrer le bureau ou rejoindre Young Avotech en qualité de membre.

Quels besoins spécifiques ont les jeunes avocats qui souhaitent créer leur legaltech, que n’ont pas les plus expérimentés ?

Avotech est l’association des avocats qui ont adopté une démarche tech, soit dans leur cabinet, soit en activité accessoire. Nous avons toutefois constaté que beaucoup de jeunes professionnels, qu’ils soient élèves-avocats ou avocats, comprennent qu’il est nécessaire de se positionner sur ce segment (gain de temps, visibilité, contexte concurrentiel) mais ont du mal à l’appréhender. Young Avotech est donc une passerelle entre l’exercice classique de la profession d’avocat et « l’avocat augmenté ». Les jeunes professionnels ne bénéficient ni de la formation initiale sur ces questions, ni d’une expérience leur permettant d’avoir une approche business.

« Young Avotech a vocation à former les jeunes professionnels et leur offrir de nouvelles opportunités professionnelles. »

De plus, plusieurs cabinets recherchent des collaborateurs juniors sur des projets d’intraprenariat ou capables de saisir les enjeux numériques auxquels sont confrontées les directions juridiques de demain. Ainsi, Young Avotech a donc vocation à former les jeunes professionnels et leur offrir de nouvelles opportunités professionnelles.

Quels rapports aurez-vous avec l’association Avotech ?

Young Avotech est un satellite et un prolongement d’Avotech. Ayant fêté récemment son premier anniversaire, Avotech a su s’imposer comme l’interlocuteur privilégié des avocats créateurs de Legal Tech, ce qui lui donne aujourd’hui une légitimité dans le secteur des technologies juridiques. L’objet de Young Avotech est, à l’instar d’un incubateur, mais fonctionnant sous le mode associatif, d’accompagner des jeunes professionnels à s’engager sur des projets digitaux et ainsi, à terme, venir renforcer le réseau Avotech. Par ailleurs, les membres d’Avotech ont à cœur de transmettre l’expérience issue de leur propre aventure entrepreneuriale à la nouvelle génération que nous représentons. Il leur a donc semblé logique de nous accompagner dans la création du Young.

Quels vont être vos premiers projets après le lancement de l’association ?

A court terme, l’association envisage trois axes de développement :

  • Sensibiliser les étudiants aux évolutions du marché par des enseignements sur l’entreprenariat juridique. Notre objectif est que l’ensemble des étudiants soient pleinement conscient de l’impact des nouvelles technologies sur la profession. Cela passe nécessairement par des actions de sensibilisation, un enseignement sur le marché et les technologies et de la mise en situation. Nous développons à ce titre des modules de formation au sein des Universités et écoles de commerce. Nous allons d’ores et déjà intervenir prochainement à l’HEDAC, Panthéon Assas et l’Université d’Orléans. Il est pour nous essentiel de dépasser les frontières du périphérique parisien afin que personne ne soit exclu de la transformation digitale.
  • Fédérer un réseau et promouvoir les nouvelles technologies. Ainsi, nous organisons des after-work trimestriels ouverts à tous afin de détecter les talents ou simplement échanger avec les curieux. Par ailleurs, nous travaillons actuellement sur un colloque pour le printemps prochain. Nous souhaitons également avoir des relais dans toutes les écoles d’avocats et universités qui souhaitent soutenir notre démarche afin qu’à terme chaque personne se destinant à la profession d’avocat, élève avocat ou ayant prêté serment puisse avoir accès à une antenne locale.
  • Apporter un support à l’association Avotech en soutenant les nombreuses actions déjà mises en place et permettre un partage des connaissances et expériences. Par ailleurs, chaque membre de Young Avotech porteur d’une idée innovante pourra, s’il le souhaite, être parrainé par un ou plusieurs membres d’Avotech afin de l’accompagner au mieux dans la réussite de son projet. Nous étudions avec Avotech la faisabilité de proposer des évènements assez novateurs en lien avec le numérique.

Propos recueillis par Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

23 votes