Etudiants en Droit, le difficile choix du Master...

Nombreux sont les étudiants qui ont un moment de panique ou d’intense réflexion quand sonne l’heure de choisir un Master. Nous le constatons régulièrement à la lecture des messages postés sur le forum du Village de la Justice, les étudiants se posent beaucoup de questions quant aux choix à faire dans le cadre de leurs cursus. Vers quelle branche du droit se spécialiser ? Quelle est la plus pourvoyeuse d’emplois ? Quel est le meilleur Master ?
A la lecture des réponses apportées par les professionnels du Droit sur son forum, le Village de la justice se propose d’apporter quelques conseils ou pistes de réflexion aux étudiants indécis ...

Près de 126.000 étudiants ont choisi la voie du Droit et des Sciences politiques [1]. Ils ont raison car selon une récente enquête du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le taux d’insertion professionnelle pour la filière des sciences juridiques est de 89% à 18 mois et 93% à 30 mois (pour un salaire moyen de 1.930 euros net mensuel).

Les études de Droit sont des études exigeantes mais passionnantes, il est donc important pour les étudiants d’être actifs dans leur apprentissage et de ne pas subir ces années d’études.

I. Les conseils en amont : ce qu’il faut faire pour augmenter ses chances de réussites.

Savoir pourquoi on fait des études de Droit. Les études de droits sont exigeantes, il est important que l’étudiant sache pourquoi il a choisi de faire du Droit afin de pouvoir construire un projet d’étude cohérent. Connaître ses motivations permet aussi à l’étudiant de ne pas se démobiliser en cas de difficultés.

Ne pas se spécialiser trop tôt. Il est important de développer une bonne culture générale et de s’ouvrir à toutes les branches du Droit le plus longtemps possible afin d’avoir de solides connaissances. La distinction dès le début des études entre Droit Privé et Droit Public n’est plus forcément pertinente, même pour ceux qui souhaitent embrasser la carrière d’avocat. Au contraire, il est important de soigner la connaissance générale, notamment en lisant des journaux d’information, des ouvrages de société, d’histoire...
Cette spécialisation tardive est utile à tous les étudiants, car elle leur permet d’élargir leurs opportunités professionnelles et de prolonger leur réflexion quant à leur avenir professionnel.

Faire des stages en cabinet d’avocats, d’huissier, études notariales, collectivité territoriale ou association, afin d’appréhender les différents domaines, métiers du Droit et ainsi conforter ses préférences. Et se rendre par exemple aux ateliers CV organisés par l’UJA ou l’EFB.

Favoriser l’apprentissage d’au moins une langue étrangère. La maîtrise d’une langue étrangère est un atout essentiel. Il est conseillé aux étudiants de poursuivre l’apprentissage d’une langue étrangère au sein de sa faculté et de passer des tests d’évaluation du niveau de langue : tels que les TOEIC, TOEFEL et GMAT en Anglais ; les MP/ZD/ZOP en Allemand ; le DELE en Espagnol...
Ces tests sont une référence pour vos futurs employeurs (ils peuvent vous êtes proposés par les facultés).

Prendre consciences de vos soft skills et développez-les : comme le précise Jean Pralong, Professeur de GRH, "Rançon de la tertiairisation, de la digitalisation et de la knowledge economy : les performances des travailleurs du savoir se mesurent à l’aune des comportements et de l’adaptabilité." Il est donc nécessaire de connaître et mettre en avant ces compétences spécifiques et non techniques qui sont propres à chacun.

Etre actif au sein d’une association comme par exemple les cliniques juridiques, participer à des prix (voir à ce sujet l’article suivant) ou à des concours d’éloquence (ex : Conférence nationale Lysias, Concours "Serge Lazareff").

Viser la mention. Il est évidemment conseillé d’avoir plus que la moyenne (11,5 - 12) pour sortir de la masse des dossiers pour pouvoir plus facilement choisir son Master.

II. Les éléments à prendre en compte pour choisir son Master :

Choisir un Master dans le domaine du Droit qui nous plaît le plus. Un grand nombre de professionnels du Droit rappellent que la meilleure façon d’avoir une belle carrière est de faire ce que l’on aime. Il sera ainsi plus facile d’y consacrer le temps et les efforts nécessaires.

Il n’y a pas de mauvais choix. Régulièrement, les avocats, notaires, juristes (...) précisent, qu’il faut "choisir le Master avec lequel on a le meilleur "feeling", pour être sûr de ne pas le regretter par la suite !"

Faire concorder le choix de son Master avec son projet d’étude afin d’avoir un parcours le plus cohérent possible.

L’origine du Diplôme importe peu. Ce qui compte, ce sont les résultats obtenus et le plaisir pris à étudier.
Donner le meilleur de soi dans un Master qui nous plaît, peu importe qu’il se trouve en province ou à Paris, c’est le conseil donné par la majorité des professionnels du Droit [2].

Penser à l’alternance. Les Masters proposant ce mode d’apprentissage sont moins variés, cependant ils se développent fortement et donnent l’opportunité d’une vie professionnelle concrète et rapide.

Comparer les différents Masters entre eux. Vous pouvez vous rendre sur le site du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur qui évalue les établissements d’enseignement supérieur [3].
Le ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a mis en place le site trouvermonmaster.gouv.fr., un portail national dédié aux master.

Autre site internet incontournable : Univ-Droit, le portail qui fédère le monde universitaire, créé par la Conférence des Doyens.

Prendre connaissance des domaines dits "porteurs d’avenir". Pour cela, penser à regarder les sites d’offres d’emploi pour juristes (uja.asso.fr ; recrulex.com ; village-justice.com...) ainsi que les revues spécialisées.
Lire à ce sujet l’article Emploi des métiers du droit : les tendances.
En parallèle, se renseigner sur les nouvelles façon de pratiquer le droit ; sur le sujet, nous vous conseillons la lecture de l’article "Etudiants et professionnels du droit : comment vous préparer à exercer...en 2025 !".

Il apparaît ainsi que notamment le Droit immobilier, le Droit général des affaires, le Droit des personnes, le Droit des entreprises sont des domaines porteurs [4].

Penser aussi à des disciplines telles que le Droit de l’environnement (mise en place de normes et procédure) et le Droit social avec la mise en place dans les entreprises de la politique de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et l’émergence de la fonction de juriste RSE. Autre secteur où le juriste à toute sa place, la protection des données personnelles et la mise en place des procédures pour que les entreprises soient en conformité avec le Règlement Général sur la Protection des Données du 27 avril 2016 ; à ce sujet lire les articles de la rédaction du Village de la Justice sur la fonction de Délégué à la Protection des Données (DPO en anglais) ou de juriste compliance. Ou encore en Droit des affaires internationales avec l’émergence de la fonction de juriste en droit des affaires en Afrique. ; de juriste legal design ou encore de juriste contract management.

Persévérer dans ses études. Autre conseil transmis par les avocats, juristes notamment, intervenant sur le forum du Village de la Justice : "Si on aime le Droit, il faut persévérer."

En résumé, pour choisir son Master il faut choisir une branche du Droit qui plaît. Le lieu du Master importe peu, ce que recherchent les futurs employeurs ce n’est pas tant la réputation d’un diplôme ou d’une université, que les compétences (qu’elles soient techniques ou personnelles comme les softskills) et les connaissances acquises par l’étudiant au cours de ses années d’études.

Donc faites le Master que vous voulez, où vous voulez, mais avec application, persévérance, réussite et passion !

Liens utiles :

Le forum du Village de la Justice.
Le site Univ-Droit.fr
L’article "Emploi des métiers du droit : les tendances.".
Le blog de Maître Morvan.
Le site de l’Etudiant.

Notes :

[1Chiffres 2018-2019 du Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation.

[2Voir à ce sujet l’article du Monde Campus "Les bac +5 de votre région ont-ils trouvé du travail et pour quel salaire ? .

[3Le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur est une autorité administrative indépendante. Voir ici ses missions.

[4Lire à ce sujet l’interview de Gregory Lachmany, directeur associé de Walters People, cabinet de recrutement d’intérim.

Marie Depay,
Rédaction du Village de la Justice.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

328 votes
Commenter cet article

Vos commentaires

  • Je félicite l’auteur de cet article qui propose une vision très juste de la réalité des Master.
    Je suis docteur en droit, enseignant à la Faculté et maintenant co-fondateur d’une prépaDroit et je partage totalement votre analyse !

    • par Lydie , Le 11 mars 2019 à 15:39

      Bonjour.

      Ma fille est actuellement en 4eme, elle travaille bien puisqu’elle à 16 de moyenne générale.
      Si je vous dis tout ça c’est parce qu’elle voudrait faire des études dans le droits de ce fait j’aimerais savoir comment la diriger au mieux avec le choix du bac à sélectionner ainsi que tout ce qui suit après s’il vous plaît afin de pouvoir des la rentrée prochaine formuler les bons vœux svp.

      Merci à vous d’avance pour votre réponse.

  • par Charruault , Le 7 juillet 2017 à 23:37

    Bonsoir
    ma fille avec un master 1 en droit du patrimoine obtenu à Montpellier (11,5/20 de moyenne sur l’année) ,a formulé 9 vœux de master2 en élargissant ses demandes( Toulouse , Montpellier,Aix,Toulon,Chambéry Grenoble et Nice,de droit notarial à droit du sport en passant par fiscalité du patrimoine ).
    Pour le moment ,les réponses sont :3 listes d’attente et 6 refus ...Comment finaliser ses études SI tout lui est refusé ?
    Cordialement

  • Dernière réponse : 15 mai 2017 à 00:16
    par Rédaction du Village de la Justice , Le 9 janvier 2017 à 11:22

    Le média l’Etudiant vient de publier une étude sur l’insertion après un master et communique sur le palmarès 2017 des facultés de Droit françaises.
    Il ressort notamment de cette étude que 30 mois après l’obtention d’un master de droit, au niveau national, les taux d’emploi et d’emploi à temps plein sont bons (91 % et 96 %), mais la part de cadres n’est que de 57 %. Le salaire net médian à temps plein est de 1.900 €.
    Lire l’intégralité de l’étude au lien suivant : lien vers l’étude de l’Etudiant.

    Rédaction du Village de la Justice.

A lire aussi dans la même rubrique :

Sur le Village de la Justice aujourd'hui...



141 670 membres, 19540 articles, 126 000 messages sur les forums, 2 800 annonces d'emploi et stage... et 2 800 000 visites du site le mois dernier. *

L'interview >

L'Economie Sociale et Solidaire, un secteur foisonnant pour avocats engagés.

Focus sur >

Le Guide de l'Avocat Résilient, 30 outils utiles.




LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs