Quels sont les effets de la reconnaissance de dette antérieure à la remise des fonds ?

La reconnaissance de dette souscrite antérieurement à la remise des fonds ne peut permettre de faire présumer le prêt d’argent le créancier se doit donc s’il souhaite recouvrer les fonds démontrer la remise des fonds par tout moyen. En matière de reconnaissance la Cour de cassation a récemment rendue plusieurs décision suivant lesquelles la reconnaissance de dette faisait présumer la remise des fonds. Cette décision affine cette récente jurisprudence.

Cour de cassation, chambre civile 1, 9 février 2012 pourvoi n°10-27785

Les faits :

Un couple M. et Mme X souscrit une reconnaissance de dette le 31 octobre 1987. Au sein de cette reconnaissance de dette, ils reconnaissent devoir la somme de 504.000 francs, « que Mme Y leur a prêtée ce jour. La mise à disposition du prêt devra intervenir le 1er janvier 1988. Laquelle somme, M et Mme X s’obligent solidairement à rembourser, sans intérêt dans un délai de 15 années à compter du 30 janvier 1988 c’est-à-dire à compter du 31 décembre 2003. »

Le couple X divorce. L’époux X est mis en redressement judiciaire. Mme Y déclare sa créance au passif de Monsieur X mais cette créance est rejetée. Le rejet de cette créance est liée au fait que Mme Y ne démontrait pas avoir remis les fonds.

La procédure,

La Cour d’appel d’Aix-en-provence, croyant respecté la jurisprudence récente de la Cour de cassation fixe la créance de Mme Y à une somme de 118.000 euros environ en considérant que la reconnaissance de dette permettait de présumer de la remise des fonds et imposait donc aux débiteurs d’apporter la preuve soit du remboursement soit de l’absence de remis des fonds.

La Cour de cassation, censure cette décision d’appel sans pour autant revenir sur sa position récemment adoptée.

La décision de la Cour de cassation

La Cour de cassation relève en effet que les parties avaient fixé la remise des fonds postérieurement à la signature de la reconnaissance. La reconnaissance de dette ne pouvait donc pas pour la Cour de cassation faire présumer de cette remise. Il incombait alors à la créancière supposée d’apporter qu’elle avait effectivement prêté cette somme.

La Cour de cassation distingue donc deux situations :

- les reconnaissances de dette qui constatent qu’une somme a été remise, soit au jour de la promesse, soit avant la signature de la promesse. Dans ce cas, la promesse permet de faire présumer la remise des fonds. Nous sommes alors dans l’hypothèse des arrêts du 19 juin 2008 (n°06-19056) et 14 janvier 2010 (n°08-18581).

- Les reconnaissances de dette qui sont antérieures à la remise des fonds. Dans cette hypothèse, le créancier doit démontrer avoir remis des fonds ce qui peut s’avérer extrêmement difficile dans certaines situations.

Olivier Vibert
Cabinet IFL AVOCATS, Avocats, Paris
www.ifl-avocats.com
Autres articles : www.frenchlaw.blog

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

11 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 145 620 membres, 22020 articles, 126 455 messages sur les forums, 4 100 annonces d'emploi et stage... et 2 100 000 visites du site par mois en moyenne. *


CALENDRIER DE L'APRÈS

Chaque jour, une info, idée, interview ou surprise, pour passer en 2022 tous ensemble...

19 JANVIER 2022:
Focus sur les Nouveautés 2021 du Village de la Justice...

ENQUÊTE

Avocats et Juristes, où en êtes-vous de votre carrière ?


LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs