Rédaction du Village de la Justice

 
  • 4652 lectures
  • Parution : 12 mars 2018

  • 4.62  /5
Guide de lecture.
 

Titulaire d’une double compétence : un véritable levier pour sa carrière ?

La double compétence est considérée comme un sésame par un bon nombre d’étudiants pour obtenir un poste peu de temps après la sortie des études. De nombreux juristes ajoutent une corde à leur arc par un cursus supplémentaire qui peut prendre la forme d’une nouvelle spécialisation en droit mais également MBA ou une formation pratique en technologies nouvelles. Cette polyvalence ouvre-t-elle plus facilement la porte du monde professionnel ?

Quel est le besoin des entreprises en termes de double compétence ?

Les entreprises ressentent un réel besoin en la matière parce que leurs contraintes de productivité et de rentabilité s’avèrent de plus en plus importantes. Dans une économie de plus en plus ouverte au principe de libre concurrence dans la majorité des secteurs, elles se retrouvent obligées de s’entourer de cadres ayant les compétences juridiques requises et qui pourront comprendre et résoudre des problèmes allant au delà de la sphère du droit, à l’instar principalement du numérique.
"Dans quelque temps, on va demander plus facilement à un avocat de savoir utiliser une plateforme de rédaction d’actes par exemple, car dès lors que les cabinets d’avocats vont utiliser les LegalTech, ils vont vouloir que leurs avocats soient formés en conséquence" explique le Professeur Bruno Dondero [1].

Bien définir son projet.

Pour valoriser votre CV, il est nécessaire que le diplôme complémentaire cimente un projet professionnel cohérent. Il doit permettre d’approfondir des thèmes, des domaines auxquels l’étudiant sera confronté au cours de sa vie active. Il est donc primordial de bien se renseigner sur le secteur professionnel désiré pour en identifier les besoins avant de choisir une nouvelle formation. "L’essentiel est que chaque formation soit complémentaire l’une de l’autre et se crédibilise mutuellement " analyse Patrick Ayache, directeur du cabinet de recrutement Intuitu Personae lorsqu’il aborde le thème de la valorisation des doubles formations dans un CV [2].

Les entreprises privilégient les candidats qui ont envie de prendre des responsabilités, qui savent faire preuve d’une vraie curiosité intellectuelle et témoignent d’une grande ouverture d’esprit. Constat appuyée par la chasseuse de tête Marie Hombrouck qui précise, que les recruteurs "recherchent principalement l’ouverture d’esprit chez le candidat" , avant de poursuivre "Les défis juridiques de demain, on ne les connaît pas ! Tout est en train de se transformer, les directions juridiques ou les professionnels ont plus besoin d’esprits formés à encaisser de nouvelles évolutions, de nouveaux chocs que de ceux qui accumulent des connaissances » [3].

Bonifier son CV.

Une formation complémentaire, si elle est cohérente avec le parcours et le profil de l’étudiant, peut améliorer son CV. En effet, les stages sont bien souvent prévus dans le programme des mastères d’écoles de commerce ou par les masters professionnels dispensés par les universités. L’étudiant verra son expérience professionnelle enrichie et pourra faire la différence au moment du recrutement.

Enfin, dernier conseil pour attirer l’attention du recruteur, il est judicieux de mettre en avant cette double compétence. La placer en titre du CV pourra être perçu, par exemple, comme étant un objectif professionnel. Mais il ne s’agit là que d’une piste à explorer. D’autres approches sont possibles surtout dans un domaine (le recrutement) où la part de subjectivité reste grande.

Notes :

[1Entretien avec le Village de la Justice sur "Les compétence technologiques du juriste de demain".

Rédaction du Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

26 votes

A lire aussi dans la même rubrique :

Sur le Village de la Justice aujourd'hui...



141 520 membres, 19433 articles, 126 000 messages sur les forums, 2 850 annonces d'emploi et stage... et 2 300 000 visites du site le mois dernier. *

L'interview >

2020, l'année des protections juridiques ?

Focus sur >

Le Bilan numérique des Avocats, l'évolution des pratiques en 2020.




LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs