L’employeur peut demander à son salarié de conclure une rupture conventionnelle ! Il le peut même si un différend existe avec ce salarié !

Voilà deux bonnes nouvelles pour les employeurs dans la même décision de la Cour de cassation. Elles concernent les ruptures conventionnelles.

Voilà deux bonnes nouvelles pour les employeurs sur les ruptures conventionnelles qui viennent les sécuriser un peu plus encore pour faire de ce nouveau mode de rupture du contrat de travail un vrai « joker » pour les employeurs et les salariés décidés à « en finir » sans démission ni licenciement.

Règle 1 : Demander au salarié de négocier ensemble une rupture conventionnelle : un droit pour l’employeur

Règle 2 : Initier une rupture conventionnelle même s’il existe un conflit avec le salarié ? C’est possible pour l’employeur

Dans cette affaire, un salarié engagé comme peintre automobile par un garage est, après plusieurs années, en conflit avec son employeur qui lui adresse deux avertissements. Puis, après encore de nouveaux reproches, l’employeur lui propose de signer une rupture conventionnelle, ce que le peintre accepte. La rupture conventionnelle est homologuée par l’Administration. Par la suite, le salarié attaque son ex-employeur et conteste la rupture conventionnelle qu’il a signée en soutenant qu’elle doit être requalifiée en un licenciement abusif car sans cause réelle et sérieuse.

Les juges d’appel jugent dans le sens de la demande du salarié et requalifient la rupture conventionnelle en licenciement abusif en s’appuyant sur les faits : il existait un différend entre l’employeur et le salarié, l’employeur ayant infligé deux avertissement au salarié pour travail de mauvaise qualité et ayant formulé de nouveaux reproches juste avant de le convoquer à deux entretiens pour évoquer une possible rupture conventionnelle et en définir les composantes

La Cour de cassation juge, le 15 janvier 2014 (n° 12-23942), que ces faits ne sont pas de nature à permettre aux juges de condamner l’employeur car ils contreviennent aux dispositions légales de l’article L1237-11 du Code du travail.

Cet article prévoit :
« L’employeur et le salarié peuvent convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie.
La rupture conventionnelle, exclusive du licenciement ou de la démission, ne peut être imposée par l’une ou l’autre des parties.
Elle résulte d’une convention signée par les parties au contrat. Elle est soumise aux dispositions de la présente section destinées à garantir la liberté du consentement des parties. »

Sur cette base légale qui met en avant un accord consensuel sur les conditions dans lesquelles la rupture va intervenir, la Cour de cassation a maintes fois déjà affirmé que « l’existence, au moment de sa conclusion, d’un différend entre les parties au contrat de travail n’affecte pas par elle-même la validité de la convention de rupture conventionnelle. »

Elle le rappelle dans cette décision.

Par conséquent, même si l’employeur avait adressé au salarié deux avertissements dans les mois précédant la signature de la convention de rupture et même s’il lui avait encore fait des reproches juste avant d’entamer la négociation de la convention de rupture conventionnelle, il lui était loisible de la proposer au salarié et de la négocier avec lui et ces faits, par eux seuls, ne pouvaient empêcher qu’un accord soit noué entre les parties.

Pour nier la réalité de cet accord, il aurait fallu que d’autres faits soient apportés aux juges de façon à faire présumer que le consentement du salarié n’était pas réel (menaces, violence, tromperie, par exemple). Ce qui n’était pas le cas.

Nadine Regnier Rouet

Avocat au Barreau de Paris spécialisé en droit du travail

Site internet : www.n2r-avocats.com

Email

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

37 votes
Commenter cet article

Vos commentaires

  • par Marc , Le 7 février 2018 à 11:24

    Bonjour,
    enfin une bonne nouvelle !
    les tribunaux ne sont pas comme les prud’hommes tous pour les salariés
    sous la défense de votre avocat, il ne faut pas lacher à la premiere audience des prud’hommes si vous (employeur) perdez, continuez a faire valoir vos droits, oui vous en avez aussi !
    Courrage comme pour le reste, la vie de votre entreprise en dépend !
    Marc

  • par bartosz , Le 22 juin 2017 à 10:25

    bonjour je suis bien placer pour savoir que certain patron en abuse en plus il vous demande une rupture conventionnel et il veule pas lâcher d argent c cela le pire il vous donne juste le stricte minima
    et cela leur permet de digresser la mas salariale s est surtout les grosse boite qui font cela
    enfin pour vous dire que tout et fais pour virer les salarier a moindre coût même si le salarier a 30 ans de boite et comme sa il évite les PSE qui pourrai leur coûter beaucoup plus cher car qui dit PSE dit que les salarier son plusieurs donc une force pour ne gosier voila ,et sa c est la realiter du terrain et MR MACRON
    va renforcer tout cela pour que s est copin de patron puise renier en toute impunité elle et belle la franc re tour en arrière de 40 ans de lutte il serrai temps de se réveiller vous croyer pas
    bartosz thierry

  • par KAMAR-EZAMANE , Le 5 juin 2014 à 14:48

    Dans le cas inverse, est-il possible pour le salarié en conflit avec son employeur de demander une rupture conventionnelle ?

A lire aussi dans la même rubrique :

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 145 660 membres, 22061 articles, 126 460 messages sur les forums, 4 180 annonces d'emploi et stage... et 2 100 000 visites du site par mois en moyenne. *


CALENDRIER DE L'APRÈS

Chaque jour, une info, idée, interview ou surprise, pour passer en 2022 tous ensemble...

23 JANVIER 2022:
Les mots croisés du Village de la Justice

FOCUS SUR >

De Parcoursup aux métiers du Droit : tout sur l'orientation pour vos études.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs