Accueil Management Technologies et innovations pour les métiers du droit

Des technologies à ne pas rater pour les métiers du droit : (1) les chatbots juridiques.

La Legaltech est un sujet très présent ces derniers mois, du fait de la réalité des évolutions actuelles des métiers du droit [1] et de l’explosion des nouvelles solutions.
Mais foin de science fiction ou d’articles accrocheurs pour faire de l’audience dans les médias ou le buzz sur les réseaux sociaux ! Nous nous engageons dans cette chronique sur les technologies que vous devez étudier de près. L’été est la période idéale pour vous donner ce temps de réflexion, n’est-ce pas ?

1ère technologie utile : Chatbot et autres assistants vocaux ; les assistants logiciels pourraient se généraliser en tant que premier contact avec votre cabinet ou service juridique.

En 2017 l’email est devenu trop peu réactif, le téléphone trop limité aux heures ouvrables, alors que les clients veulent des réponses en temps réel et personnalisées.
Ils sont déjà arrivés sur votre site et veulent entrer en contact, félicitez-vous-en, mais pour ne pas les perdre il faut leur apporter une réponse dite "de 1er niveau" immédiatement.

Naturellement ce ne sera pas une vraie consultation juridique pour le moment (des projets en ce sens déboucheront ces prochaines années), mais un chatbot (un logiciel-robot d’échange avec les visiteurs de votre site internet ou de votre appli smartphone) va quand même être capable 24H/24 d’orienter un client (de cabinet d’avocat ou de service juridique), de recevoir une demande et de lui indiquer qu’elle est bien notée, voire de donner une estimation de temps de réponse ou de suite à donner... Bref de pré-traiter les "entrants" et de donner l’impression que vous gérez déjà le sujet. Ce qui est vrai puisque vous allez pouvoir orienter et faire suivre le message et même commencer à créer un "dossier client" avec les informations saisies par le client.

Deux pistes d’utilisations : sur un site internet (voire un intranet pour une direction juridique) ou une application pour smartphone.

Où en est la technologie des chatbot ?

En pleine recherche active dans de nombreux secteurs, dont le Droit. Dans un délai d’un an plusieurs solutions commerciales devraient être présentées dans notre secteur.
Des Directions juridiques et des cabinets d’avocats y pensent fortement, des startup font déjà des POC ("preuve de concept", un test en grandeur nature pour valider la technologie et son usage).

Voici ce que ça pourrait donner pour une demande d’information en vue d’un divorce... (issu de la démonstration de la startup yperlex).

https://vimeo.com/225379904

On peut à court terme imaginer des cas moins complexes pour simplement orienter des interlocuteurs. En anglais et à l’étranger, le chatbot d’aide juridique DoNotPay oriente les internautes notamment sur les questions relatives aux droits de la consommation, la contestation d’une contravention ou aide les réfugiés à demander l’asile (sans que cela ne soit encore parfait, mais c’est un début).

Voir plus loin...
Deux types d’utilisateurs au moins : les clients (des avocats ou des juristes)... mais cela peut même devenir une interface de travail de chacun : pour aller plus loin que les interfaces vocales sur iOS et Androïd, un chatbox pourrait interagir avec un logiciel de gestion de dossier, ou de création de contrat, ou une gestion d’agenda partagé... ou saisir une annonce d’emploi sur le Village de la Justice ;-)
Ce n’est donc pas une simple interface qui nous intéressera, mais l’interface ET l’intelligence artificielle avec.

Pourquoi et comment il faut s’y préparer ?

Ces outils une fois adaptés au Droit amélioreront grandement la relation-client, et les premiers à se lancer seront sans doute les plus grands bénéficiaires, ayant anticipé la courbe d’apprentissage de la nouveauté. Le public est déjà prêt à utiliser ce type de service (puisque par exemple la SNCF, EDF ou Samsung l’utilisent déjà et éduquent donc le grand public) et plus de 5M d’euros de fonds ont déjà été levés en 6 mois en 2017 en France dans se secteur dynamique.

Mais les chatbot sont aussi un moyen de travailler autrement, en déléguant des tâches d’information de premier niveau. Productivité en vue donc... pour se concentrer sur l’essentiel de la valeur ajoutée de votre métier.

En pratique, si vous devez être dans les premiers, trouvez un prestataire ou une startup du domaine, capable de créer l’intelligence artificielle spécialisée avec vous. Ça va prendre du temps pour des besoins complexes, mais peut aussi être simple pour tester le principe [2].
Sinon attendez un peu que les premières solutions émergent, mais réfléchissez déjà aux apports possibles !


A la lecture de cette première chronique vous vous dîtes sans doute comme nous qu’en réalité il n’y a pas une, deux ou trois technologies incontournables en tant que telles, mais qu’il y a plutôt des "(killer) applications" réunissant le meilleur de plusieurs technologies, comme c’est le cas ici, où l’interface de relation-client du chatbot utilise la technologie de l’intelligence artificielle et du "machine learning", enrobé par le marketing et une utilisabilité ultra-mobile et accessible...
Enfin, nuançons, nous verrons dans la prochaine chronique qu’il y a bien une autre technologie assez autonome quand même... A suivre bientôt sur Le Village.


Toutes ces technologies seront présentées - avec d’autres - à la 1ère LegalKeyNote française [3] le 1er jour du prochain Village de la Legaltech.

C.Albert
Village de la Justice

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

68 votes

Notes :

[1Evolutions qui nous conduisent directement à vous proposer en décembre le 2ème salon de la Legaltech française. www.village-legaltech.fr .

[2Il y a des solutions simples pour votre page Facebook par exemple.

[3Rapide revue des dernières technologies pour les professions du droit.


Vos commentaires

Commenter cet article