Accueil Services et "Après le droit"... A côté du Droit... Le Magazine.

Visite guidée : dans les nouveaux locaux du cabinet d’affaires Gide.

Après 40 ans passés Cour Albert 1er, le cabinet Gide s’est installé rue de Laborde, à deux pas de l’Eglise Saint-Augustin, dans le 8ème arrondissement de Paris. Ancienne caserne des Gardes Françaises construite à la fin du 18ème siècle, les lieux ont été rénovés durant trois ans pour accueillir 600 avocats et salariés de la structure. Bureaux lumineux, espaces communs, végétalisation, … De nombreux éléments ont été pensés pour leur donner un nouveau cadre de vie, adaptés aux préoccupations managériales actuelles.
Le Village de la Justice inaugure à cette occasion une nouvelle chronique, qui vous permettra de visiter les locaux d’acteurs du droit, et entrouvre pour vous les portes du célèbre cabinet d’affaires français.

Ce sont dans des locaux d’un peu plus de 18 000 mètres carrés que sont aujourd’hui installés les collaborateurs du cabinet Gide. Partis des murs d’une ancienne caserne du 18ème siècle, vendue par l’État en 2015, les architectes ont allié l’ancien et le moderne pour recréer des conditions de travail correspondant aux valeurs du cabinet d’affaires : « l’excellence, l’innovation, et l’art de vivre à la française ». Trois ans ont été nécessaires pour les travaux de rénovation et d’aménagement.

Le bâtiment ancien est ainsi entièrement dédié à la clientèle du cabinet, abritant une trentaine de salles de réunion, de taille et de décoration différentes. Et l’aile moderne rassemble les bureaux et les lieux de vie commune du cabinet.

L’aménagement a été pensé autour de 4 piliers : « créer un esprit de communauté », « maximiser le bien-être physique », « incarner l’art de vivre et de recevoir à la française » et « reconnecter la ville à la nature ».

Les bâtiments se composent en effet de 4500 m2 d’espaces extérieurs, dont une partie est végétalisée : des terrasses, un toit aménagé en potager pour une consommation interne, ainsi que des coursives pour la plupart des bureaux des collaborateurs, qui leur offre une ouverture sur l’extérieur et sur les bureaux de chacun. L’idée est de « recréer de l’horizontalité, pour rompre physiquement avec l’organisation verticale traditionnelle ».

Très lumineux, grâce à des espaces entièrement vitrés (dont l’acoustique a néanmoins été étudiée pour respecter la confidentialité), les lieux abritent également de nombreux espaces de vie commune et de services : une salle lounge, un restaurant et working café, une bibliothèque, une conciergerie, ou encore une salle de sport ouverte 24h/24. Le tout est construit autour d’une cour extérieure végétalisée, conçue comme une « véritable place de village ». Le cabinet donne ainsi une impression de petite ville dans la capitale.
L’objectif était ainsi de « favoriser les rencontres, les interactions et le partage de connaissances » entre ses collaborateurs, et de favoriser « la performance collective, la créativité et le bien-être de l’ensemble de ses équipes ».

On note également l’accent mis sur les préoccupations environnementales. Outre la végétalisation qui veille à améliorer la biodiversité, elles ont influé sur le choix des matériaux « limitant la diffusion de composants volatils », sur la mise en place d’un système de « récupération des eaux de pluie pour les sanitaires et systèmes d’arrosage », sur « l’utilisation d’un bois certifié issu de forêts éco-gérées » ou encore dans la mise en place d’un « dispositif de haute performance pour améliorer la consommation énergétique du bâtiment ».

Comme conclusion, Xavier de Kergommeaux, associé senior, et Stéphane Puel, associé gérant, expliquent que « l’installation du cabinet rue de Laborde ouvre une nouvelle page dans l’histoire du cabinet, et vient accompagner notre ambition et notre dynamique de croissance. Plus qu’une nouvelle adresse, c’est un véritable projet d’entreprise que nous avons imaginé collectivement, en accord avec nos valeurs d’excellence et d’innovation ».

Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

Crédits photo : Jean-Philippe Mesguen et Salem Mostefaoui

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

11 votes