Accueil Actualités juridiques du village Droit civil Droit patrimonial et successions

Le recel successoral : définition, sanctions et recours, par Anthony Bem, Avocat

Le code civil sanctionne lourdement l’héritier qui dissimulerait l’existence d’une partie de l’actif successoral. Il convient donc d’envisager en quoi consiste le recel successoral (1), les sanctions encourues par l’héritier receleur (2), la faculté de repentir dont il dispose et les recours possibles des autres cohéritiers à son encontre (3)

1) La définition du recel successoral

Le recel successoral n’est pas définie le code civil.

Ainsi, la jurisprudence le définie comme tout acte, comportement ou procédé volontaire par lequel un héritier tente de s’approprier une part supérieure sur la succession que celle à laquelle il a droit dans la succession du défunt et ainsi rompt l’égalité dans le partage successoral. (Cass. Civ. I, 15 avril 1890, 21 novembre 1955, 20 septembre 2006).

Afin que le recel successoral soit sanctionné, la jurisprudence exige la réunion de :

  • un élément matériel tel par exemple :
  • la soustraction ou la dissimulation de biens dépendant de la succession tel les retraits de sommes d’un compte bancaire (CA Paris, 2 décembre 1987),
  • la non révélation lors d’un inventaire de l’existence de biens successoraux que détenu par l’héritier receleur ou les déclarations conduisant à la rédaction d’un inventaire inexact,
  • la dissimulation d’un héritier,
  • la confection d’un faux testament,
  • la dissimulation d’une donation (Cass. Civ. I, 19 juillet 1989),
  • la dissimulation d’une dette envers le défunt,
  • etc …
  • un élément intentionnel à savoir l’intention frauduleuse de fausser les opérations de partage au détriment de l’un et à l’avantage de l’autre.

2) Les sanctions encourues pour recel successoral

L’article 778 du Code Civil dispose que :

« Sans préjudice de dommages et intérêts, l’héritier qui a recelé des biens ou des droits d’une succession ou dissimulé l’existence d’un cohéritier est réputé accepter purement et simplement la succession, nonobstant toute renonciation ou acceptation à concurrence de l’actif net, sans pouvoir prétendre à aucune part dans les biens ou les droits détournés ou recelés. Les droits revenant à l’héritier dissimulé et qui ont ou auraient pu augmenter ceux de l’auteur de la dissimulation sont réputés avoir été recelés par ce dernier.

L’héritier receleur est tenu de rendre tous les fruits et revenus produits par les biens recelés dont il a eu la jouissance depuis l’ouverture de la succession. »

Lorsque le recel a porté sur une donation rapportable ou réductible, l’héritier doit le rapport ou la réduction de cette donation sans pouvoir y prétendre à aucune part.

Autrement dit, l’héritier coupable de recel est :

  • est réputé acceptant pur et simple et donc ne dispose plus de la faculté refuser la succession, serait-elle déficitaire ;
  • est privé de sa part sur tous les biens recelés qui sont entièrement attribués à ses cohéritiers ;
  • doit restituer tous les revenus produits par les biens recelés dont il a eu la jouissance depuis l’ouverture de la succession ;
  • sera éventuellement tenu au paiement de dommages et intérêts envers ses cohéritiers.

Il est important de rappeler que la 1ère chambre civile de la Cour de cassation a jugé que les ayants droits peuvent obtenir que le receleur ne conserve rien des biens recelés, et ce, quand bien même la donation n’excède pas la quotité disponible (Cass. Civ. I, 30 mai 1973).

En cas de recel par dissimulation d’héritier, les droits de l’héritier receleur sont diminués de la part revenant à l’héritier dissimulé.

Enfin, il est important de rappeler que l’héritier receleur peut toujours échapper aux pénalités de recel si, avant toutes poursuites, il restitue spontanément à la succession le bien qu’il détenait (Cass. Civ. I, 14 juin 2005, 17 janvier2006).

3) Les recours contre le recel successoral

Dès qu’un décès intervient, il est possible pour tout héritier, légataire, ou créancier habilité de :

  • faire établir le plus rapidement possible par un Notaire un inventaire de la succession de sorte que si un bien venait à disparaître après l’acte d’inventaire, celui-ci constituera une preuve indiscutable qu’un bien approprié par un héritier appartenait au défunt à son décès ;
  • procéder à l’apposition de scellés sur les biens du défunt en s’adressant au greffe du Tribunal d’Instance.

Une fois le recel successoral présumé ou avéré, les cohéritiers devront l’invoqué et le justifier dans le cadre de la procédure en liquidation partage de la succession tendant à rompre l’indivision créée suite au décès du parents duquel ils héritent et tendant à voir appliquer les sanctions précitées à l’encontre de l’héritier receleur (sur ce thème, je vous invite à lire les deux articles intitulés : le partage d’une indivision successorale : http://legavox.fr/blog/maitre-anthony-bem/partage-indivision-successorale-901.htm et la sortie contentieuse d’une indivision par la procédure de licitation partage : http://legavox.fr/blog/maitre-anthony-bem/sortie-contentieuse-indivision-procedure-licitation-2872.htm).

Anthony Bem

Avocat à la Cour

abem chez cabinetbem.com

Site Internet : http://www.cabinetbem.com/

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

710 votes