Accueil Actualités juridiques du village Société et autres thématiques...

Accident de ski : quelle responsabilité pour l’Ecole de ski ?

Par Océane Bimbeau, Avocat.

1ere Publication

Quelle est la responsabilité juridique de l’Ecole de ski lorsqu’un élève subit un accident de ski lors d’un cours encadré par un moniteur ?

Avec plus de 8.000 interventions des services de secours et 28 décès comptabilisés pour la saison hivernale 2016-2017, la dangerosité du ski alpin est trop souvent sous-estimée.

Le skieur profane se dirigera donc naturellement vers une Ecole de ski afin de pratiquer ce loisir en toute sécurité.

Mais l’Ecole de ski garantit-elle vraiment au skieur une sécurité optimale ? Et en cas d’accident survenu dans le cadre d’un cours, l’Ecole de ski est-elle responsable des dommages causés à la victime ?

Le skieur n’est en réalité pas autant en sécurité qu’il pourrait penser l’être.

Dépourvues de la personnalité juridique, certaines Ecoles de ski sont donc dépourvues du droit d’agir et, de facto, ne peuvent pas être traduites en justice.

Les actions intentées par les justiciables à l’encontre des Ecoles de ski sont donc régulièrement déclarées irrecevable, le Tribunal de Grande Instance de Paris retenant que :
« L’ESF n’étant pas une personne morale mais une enseigne sous la dénomination de laquelle les moniteurs de ski, travailleurs indépendants ou salariés des collectivités, affiliés au Syndicat national des moniteurs du ski français, se regroupent pour faciliter l’organisation et l’accomplissement de leur mission, l’action engagée à son encontre sera donc déclarée irrecevable. »

TGI Paris, Référés, RG N°14-53637

Dès lors, le skieur qui reproche à l’Ecole de ski un manquement à son obligation de sécurité, rencontrera les plus grandes difficultés pour attraire l’Ecole devant un Tribunal, et ce alors même qu’il a bien conclu un contrat avec cet organisme !

Et pour cause, l’Ecole de ski n’est en réalité bien souvent qu’une enseigne nationale, un label, sous laquelle chaque association locale exerce individuellement.

Et une difficulté supplémentaire vient s’ajouter à cet obstacle procédural.

Si toutefois le skieur accidenté parvenait à attraire l’Ecole de ski devant un Tribunal, encore faudrait-il qu’il prouve que l’Ecole a commis une faute distincte de celle commise par le moniteur de ski ayant dispensé le cours de ski.

En effet, le régime de la responsabilité du fait d’autrui, et plus précisément la responsabilité du commettant des faits commis par son préposé, institué par l’article 1384 (ancien) et 1242 (nouveau) du Code civil, n’est pas nécessairement applicable à l’Ecole de ski.

Il convient, pour que ce régime soit applicable, de se placer dans le cadre d’un rapport de subordination entre un préposé et un commettant, et de prouver qu’une faute du préposé a été commise dans l’exercice de ses fonctions.

Le commettant est alors responsable des fautes commises par le préposé.

L’on aurait pu imaginer que l’Ecole de ski se tienne responsable des éventuels manquements commis par les Moniteurs de ski dans l’exercice de leurs fonctions.

Un rapport de subordination supposé entre le moniteur de ski et l’Ecole de ski permettrait en effet d’appliquer ce régime de responsabilité pour permettre au skieur blessé de rechercher la responsabilité de celui vers qui il est venu chercher l’apprentissage d’un sport en toute sécurité : l’Ecole de ski.

Or il n’en est rien.

Comme le rappellent régulièrement les Tribunaux, les Moniteurs de ski sont en règle générale des travailleurs indépendants, qui exercent sous l’enseigne des Ecoles de ski.

Les Tribunaux considèrent que l’Ecole de ski a un pouvoir de contrôle et de sanction des moniteurs de ski trop ténu, pour que sa responsabilité puisse être recherchée pour d’éventuels accidents survenus dans le cadre de cours.

La cour d’appel de Chambéry a ainsi jugé, par un arrêt du 11 janvier 2000 (RG n°96/01911) que :
« Que les moniteurs, à titre individuel, répondent des fautes commises à l’occasion des cours de ski dispensés,
[…]
Attendu, par suite, que l’ESF n’a pas la personnalité juridique… »

Il faudrait donc pour le skieur, parvenir d’une part à faire déclarer son action contre l’Ecole de ski recevable, et d’autre part, prouver une faute commise par l’Ecole de ski, distincte de celle commise par le moniteur de ski dans le cadre de son cours.

Le skieur, qui croit légitimement conclure un contrat lui assurant une sécurité certaine sur les pistes, avec une Ecole réputée, sera donc prévenu de ce double obstacle et de ce qui s’apparente à une immunité juridique des Ecoles de ski.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article : L’avez-vous apprécié ?

10 votes

A lire aussi dans la même rubrique :