Requalification d’un CDD en CDI : le jugement ordonnant la requalification bénéficie de plein droit de l’exécution provisoire dans toutes ses dispositions !

Par Frédéric Chhum, Avocat et Sarah Bouschbacher, Juriste.

965 lectures 1re Parution: 4.73  /5

Ce que vous allez lire ici :

Une salariée obtient la requalification de son contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée. L'employeur fait appel, mais reçoit un commandement de payer. La Cour d'appel annule le commandement, ce que la salariée conteste en se pourvoyant en cassation.
Description rédigée par l'IA du Village

En principe, « l’exécution provisoire ne peut pas être poursuivie sans avoir été ordonnée si ce n’est pour les décisions qui en bénéficient de plein droit ». Doit donc être en conséquence annulé, l’arrêt de la cour d’appel de Montpellier qui considère que l’exécution provisoire de droit ne s’exerce que dans la limite maximum de neuf mois de salaire pour le paiement des sommes afférentes à une requalification d’un contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée. C’est ce qu’affirme la Cour de cassation dans un arrêt du 25 octobre 2023 (n° 21-25.320), publié au bulletin.

-

1. Faits et procédure.

Une salariée a saisi le conseil de prud’hommes de Narbonne, d’une demande de requalification de son contrat de travail à durée déterminée à temps partiel en contrat de travail à durée indéterminée à temps complet.

Par un jugement rendu le 27 août 2018, le conseil de prud’hommes de Narbonne a fait droit à la demande de la salariée, et condamne à cet effet l’employeur au paiement de diverses sommes afférentes à cette requalification, telles que des indemnités de requalification, de rappel de salaire à temps complet, des congés payés afférents et des dommages-intérêts.

L’employeur interjette alors appel, mais reçoit dans le même temps, un commandement d’avoir à payer la somme de 14 958,59 euros par acte du 8 février 2019 de la part de la salariée.

En conséquence, l’employeur saisit le juge de l’exécution pour contester ce commandement de payer.

C’est alors que, par un arrêt rendu le 29 octobre 2020, la Cour d’appel de Montpellier prononce l’annulation du commandement aux fins de saisie-vente.

2. Moyen.

La salariée se pourvoit donc en cassation sur le fondement des articles 514 du Code de procédure civile, et R1245-1 du Code du travail, selon lesquels respectivement « les décisions de première instance sont de droit exécutoire à titre provisoire à moins que la loi ou la décision rendue n’en dispose autrement », et « lorsqu’un conseil de prud’hommes est saisi d’une demande de requalification d’un contrat de travail à durée déterminée en contrat à durée indéterminée, en application de l’article L1245-2, sa décision est exécutoire de droit à titre provisoire ».

En effet, la salariée fait grief à l’arrêt de prononcer l’annulation du commandement aux fins de saisie-vent, sur le motif duquel

« lorsqu’un conseil de prud’hommes est saisi d’une demande de requalification d’un contrat de travail à durée déterminée en contrat à durée indéterminée, sa décision est exécutoire de droit à titre provisoire ».

En considération de la nature exécutoire de droit à titre provisoire de la décision d’un conseil de prud’hommes, la salariée soutient alors que l’ensemble des chefs de la décision, relatif à la qualification du contrat de travail, doit par conséquent, bénéficier aussi de l’exécution provisoire de droit.

Dès lors et contrairement à ce que la cour d’appel a jugé, l’exécution provisoire de droit ne doit pas s’exercer dans la limite maximum de neuf mois de salaire pour le paiement des sommes afférentes à la requalification d’un contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée, suivant le raisonnement défendu par la salariée.

3. Solution et analyse.

En cas de requalification d’un contrat de travail à durée déterminée en contrat de travail à durée indéterminée, l’exécution provisoire de droit s’exerce-t-elle que dans la limite de neuf mois de salaire, pour le paiement des sommes afférentes à cette requalification ?

Au visa des articles 514 du Code de procédure civile et R1245-1 du Code du travail, la chambre sociale de la Cour de cassation, dans son arrêt du 25 octobre 2023 (n°21-25.320), répond par la négative.

Considérant le principe édicté à l’article 514 du Code de procédure civile selon lequel « l’exécution provisoire ne peut pas être poursuivie sans avoir été ordonnée », et au regard du fait que la décision de requalification d’un contrat de travail à durée déterminée en contrat de travail à durée indéterminée est exécutoire de droit à titre provisoire en application de l’article R1245-1 du Code du travail, la Cour de cassation en convient que

« le jugement d’un conseil de prud’hommes qui ordonne la requalification d’un contrat de travail à durée déterminée en contrat à durée indéterminée bénéficie de plein droit de l’exécution provisoire dans toutes ses dispositions ».

Par conséquent, l’arrêt de la Cour d’appel de Montpellier du 29 octobre 2020 est cassé et annulé car, de même que la décision qui prononce la requalification d’un contrat de travail à durée déterminée en contrat de travail à durée indéterminée est exécutoire de plein droit, de même l’exécution provisoire de droit ne s’exerce pas dans une limite maximum de neuf mois de salaire.

Cette solution est nouvelle et doit être approuvée.

On doit s’en réjouir pour les salariés employés en CDD qui sont très souvent précarisés.

Source.

Cour de cassation, 25 octobre 2023, Pourvoi n° 21-25.320.

Frédéric Chhum, Avocat et ancien membre du Conseil de l’ordre des avocats de Paris (mandat 2019 -2021)
Sarah Bouschbacher, Juriste M2 Propriété intellectuelle Paris 2 Assas
Chhum Avocats (Paris, Nantes, Lille)
chhum chez chhum-avocats.com
www.chhum-avocats.fr
http://twitter.com/#!/fchhum

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

15 votes

"Ce que vous allez lire ici". La présentation de cet article et seulement celle-ci a été générée automatiquement par l'intelligence artificielle du Village de la Justice. Elle n'engage pas l'auteur et n'a vocation qu'à présenter les grandes lignes de l'article pour une meilleure appréhension de l'article par les lecteurs. Elle ne dispense pas d'une lecture complète.

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 6e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, commissaires de Justice, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 154 500 membres, 25689 articles, 126 942 messages sur les forums, 3 820 annonces d'emploi et stage... et 1 500 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR...

• Legal privilege à la française : 100 fois sur le métier, remettez votre ouvrage ?

• Vos Annonces et Formalités légales sur le Village de la justice.




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs