Par Patrick Roulette.
 
Guide de lecture.
 

Appel du Collectif de Bobigny.

Les professionnels du Droit de Seine Saint Denis se sont réunis en collectif et ont lancé solennellement le 1er décembre un appel contre le projet de loi dit "Macron". Ils appellent aujourd’hui à la création de tels collectifs au plan national.

Aux professionnels du droit, institutions judiciaires, salariés, syndicats et usagers !

Dans le cadre de la contestation du projet de loi Macron, tous les professionnels du Droit de la Seine Saint Denis se sont réunis pour lancer un appel commun, qui a été officialisé à l’occasion d’une manifestation en date du 1er décembre 2014.

Fort de cette unité et des échanges fructueux intervenus entre des professions qui s’étaient trop rarement rencontrées et qui visiblement se connaissaient mal, nous avons pu également défiler unitairement lors de la grande manifestation du 10 décembre.

Cette manifestation a été une réussite et un échec relatif.

Une réussite car la mobilisation était là mais un échec relatif car nous n’avons pas encore pu sortir de l’image de la défense corporatiste et de la protection de privilèges de « nantis », que le gouvernement cherche à imposer.

Nous souhaitons aujourd’hui faire partager notre expérience et effectuer des propositions pour que ce mouvement de colère profonde, puisse enfin être perçu à sa juste dimension.

Nous appelons donc à la création d’un COLLECTIF NATIONAL DE LA DÉFENSE DE LA JUSTICE POUR TOUS qui deviendrait alors le porte-parole de nos revendications et le coordinateur de nos différentes actions.

Alors même que le projet va être examiné début janvier à l’Assemblée Nationale et que la date limite de dépôt des amendements est fixée au 8 janvier, il y a urgence à amplifier et structurer notre protestation.

Nous appelons donc les professions concernées à formaliser dans chaque département leur unité, afin qu’elles puissent ainsi avoir un discours commun, recentré sur les valeurs essentielles que nous défendons.

Outre la synergie qu’une telle démarche peut entrainer sur le terrain, cela nous permettrait, sur le plan national, de disposer d’une multitude de propositions et de démarches qui, à chaque fois, nous permettraient de nous exprimer collectivement, en rassemblant nos forces sans risquer de prêter le flanc à la critique corporatiste.

Nous pourrions également rendre cette action unitaire réellement visible, grâce aux nouvelles technologies de la communication, par le biais notamment d’un site internet dynamique qui reprendrait nos argumentaires et par la création de comptes Twitter et Facebook dédiés.

Mais au-delà de cette nécessaire unité et pour la réussite de notre mouvement et le retrait du projet de loi, il nous parait également utile de réfléchir sur l’évolution de notre mouvement.

Alors nous suggérons que le combat dépasse la seule opposition au projet Macron et porte désormais sur la défense globale du service public de la Justice.

Nous proposons d’essayer d’élargir le champ de l’action et de nous tourner vers les magistrats et surtout les personnels de nos juridictions de l’ordre judiciaire.

Nous savons en effet que la justice, dans sa globalité, est totalement, absente du projet Macron, qui se recentre sur des considérations purement économiques, mais qui dessine en arrière-plan une nouvelle conception du système judiciaire français.

Aller à la rencontre des problématiques exprimées par les greffiers et magistrats, c’est nous donner les moyens, d’évoquer ce qui fonctionne et ne fonctionne pas dans notre système judiciaire et ce à notre sens, pour le plus grand bénéfice des professions que nous représentons.

Ainsi nous pourrions non plus porter un refus, mais au contraire une demande, une revendication, celle d’un véritable service public du droit et de la justice.

Il nous faut en effet sortir de notre isolement et porter, ensemble, la défense des valeurs communes autour de la Justice pour rompre avec cette image de nantis essayant de protéger d’anciens privilèges.

Si nous parvenons exprimer enfin notre volonté de protéger et d’améliorer le service public de la Justice, nous deviendront alors ceux qui feront reculer le gouvernement.

Pour notre part, en Seine Saint Denis, nous continuerons à être force de proposition pour mutualiser nos idées et initiatives.

Nous nous tenons à la disposition de tous pour recueillir le cas échéant les souhaits de ceux qui sont intéressés par cette démarche de création d’une structure commune afin de permettre sa mise en place rapide.

Restons mobilisés mais devenons audibles !

A très bientôt dans cette défense de nos valeurs fondamentales.

Le Collectif « L’Appel de Bobigny »

Patrick Roulette,
Avocat au Barreau de la Seine-Saint-Denis.

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

1 vote

A lire aussi dans la même rubrique :

Sur le Village de la Justice aujourd'hui...



141 880 membres, 19840 articles, 126 030 messages sur les forums, 2 550 annonces d'emploi et stage... et 2 800 000 visites du site par mois. *

Le "Calendrier de l'Après" >

Chaque jour de semaine de janvier, une info, une idée, par le Village de la justice !

Focus sur >

Observatoire de l'interprofessionnalité des métiers du droit.




LES HABITANTS

Membres
PROFESSIONNELS DU DROIT
Solutions
Formateurs