Indemnité de l’agent commercial.

En vertu du premier alinéa de l’article L134-12 du Code de commerce, « en cas de cessation de ses relations avec le mandant, l’agent commercial a droit à une indemnité compensatrice en réparation du préjudice subi ».

Les règles applicables à l’agent commercial varieront selon la qualité dudit agent : agent statutaire, agent de droit commun soumis à la loi française ou agent avec un élément d’extranéité (intégré ou non à l’Union Européenne).

Ces règles détermineront les conditions d’obtention de l’indemnité.

Droit à l’indemnité.

- Alinéa 1 de l’article L134-12 du Code de commerce : « En cas de cessation de ses relations avec le mandant, l’agent commercial a droit à une indemnité compensatrice en réparation du préjudice subi » ;
- Agent commercial statutaire (respect des conditions listées par les articles L134-1 et suivants du Code de commerce) : réparation de l’indemnité de plein droit sauf faute grave de l’agent commercial ;
- Agent commercial de droit commun (certaines conditions de la loi ne sont pas réunies) : il peut obtenir l’indemnité en présence d’un mandat d’intérêt commun dans le contrat d’agent + en l’absence d’une cause de révocation (motif légitime ou clause contractuelle d’exclusion de l’indemnité) ;
- Agent commercial avec élément d’extranéité (union européenne) : directive européenne 86/653 du 18 décembre 1986 (régime identique au régime français) ;
- Agent commercial avec élément d’extranéité (hors union européenne) : selon la loi applicable.

Montant de l’indemnité.

- En droit, le principe est la réparation intégrale du préjudice ;
- Cependant, il ressort de la jurisprudence française un montant équivalent à deux années de commissions (si ce montant n’est pas obligatoirement retenu par les juges, la référence aux deux années de commissions est régulière) ;
- Certaines décisions admettent la réduction de l’indemnité (par rapport aux deux années) : 6 mois [1], aucune indemnité [2] ;
- D’autres décisions admettent une augmentation de l’indemnité (par rapport aux deux années) : 2 an et demi [3], 3 ans [4].

Assiette de l’indemnité.

- En principe, il s’agit de la totalité des rémunérations acquises par l’agent commercial.

Déchéance du droit à l’indemnité.

- Alinéa 2 de l’article L134-12 du Code de commerce : « L’agent commercial perd le droit à réparation s’il n’a pas notifié au mandant, dans un délai d’un an à compter de la cessation du contrat, qu’il entend faire valoir ses droits » ;
- Aucun formalisme n’est indiqué dans cet article mais il conviendra de se ménager la preuve de la notification (donc LRAR doublée d’un email voire une signification par voie d’huissier) ;
- Point de départ du délai de déchéance : cessation effective du contrat (cf. termes du contrat) et non à la date de notification [5] ;
- Article L134-16 du Code de commerce : « Est réputée non écrite toute clause ou convention contraire aux dispositions des articles L134-2 et L134-4, des troisième et quatrième alinéas de l’article L134-11, et de l’article L134-15 ou dérogeant, au détriment de l’agent commercial, aux dispositions du deuxième alinéa de l’article L134-9, du premier alinéa de l’article L134-10, des articles L134-12 et L134-13 et du troisième alinéa de l’article L134-14 ».

Inapplication de l’indemnité.

- Article L134-13 du Code de commerce : « La réparation prévue à l’article L134-12 n’est pas due dans les cas suivants : 1° La cessation du contrat est provoquée par la faute grave de l’agent commercial ; 2° La cessation du contrat résulte de l’initiative de l’agent à moins que cette cessation ne soit justifiée par des circonstances imputables au mandant ou dues à l’âge, l’infirmité ou la maladie de l’agent commercial, par suite desquels la poursuite de son activité ne peut plus être raisonnablement exigée ; 3° Selon un accord avec le mandant, l’agent commercial cède à un tiers les droits et obligations qu’il détient en vertu du contrat d’agence » ;
- Article L134-16 du Code de commerce : « Est réputée non écrite toute clause ou convention contraire aux dispositions des articles L134-2 et L134-4, des troisième et quatrième alinéas de l’article L134-11, et de l’article L134-15 ou dérogeant, au détriment de l’agent commercial, aux dispositions du deuxième alinéa de l’article L134-9, du premier alinéa de l’article L134-10, des articles L134-12 et L134-13 et du troisième alinéa de l’article L134-14 » - étant précisé que pour l’agent commercial de droit commun, la clause permettant d’exclure toute indemnisation est valable sous certaines conditions.

Version en italien.

Diritto all’indennizzo.

- Il comma 1 dell’articolo L134-12 del Codice di commercio francese prevede : « In caso di cessazione del contratto con il mandante, l’agente commerciale ha diritto ad un’indennità » ;
- Agente commerciale statutario : (rispetto delle condizioni legali) ha diritto all’indennità di diritto salvo colpa grave ;
- Agente commerciale di diritto comune (inosservanza di tutte le condizioni di legge) : ha diritto all’indennità quando il contratto prevede un mandato d’interesse comune e quando non si verifichino cause di revoca o esclusione (motivi previsti dalla legge opporre clausole contrattuali) ;
- Agente commerciale in ambito internazionale (UE) : Direttiva europea 86/653 del 18 dicembre 1986 (regime generalmente recepito negli Stati membri) ;
- Agente commerciale internazionale (paesi extra europei) : diritto all’indennità secondo la legge applicabile.

Importo dell’indennità.

- In diritto francese, il principio da seguire è la completa riparazione del danno ;
- La giurisprudenza francese riconosce all’agente di commercio un importo pari a DUE anni di provvigioni (anche se tale importo non sia obbligatoriamente riconosciuto dai giudici, il riferimento a due anni di provvigioni appare costante) ;
- Alcune sentenze prevedono la riduzione dell’indennità riconosciuta rispetto ai DUE anni : 6 mesi [6], nessuna indennità [7] ;
- Altre decisioni prevedono un aumento dell’indennità riconosciuta rispetto ai DUE anni : 2 anni e mezzo [8], 3 anni [9].

Calcolo dell’indennità.

- Il calcolo viene effettuato tenendo in considerazione l’integralità delle remunerazioni ricevute dall’agente di commercio a qualunque titolo.

Decadenza del diritto all’indennità.

- Il comma 2 dell’articolo L134-12 del Codice di commercio prevede che : « l’Agente di commercio perde il diritto all’indennità se non ha comunicato al suo mandante, entro un anno dalla risoluzione del contratto l’intenzione di far valere i propri diritti in merito all’indennità » ;
- Nessuna formalità particolare è prevista dall’articolo sopraindicato, tuttavia sarà opportuno ottenere una prova dell’interruzione del termine di decadenza (tramite invio lettera raccomandata con avviso di ritorno e contestuale invio di una e-mail o anche notifica tramite ufficiale giudiziario) ;
- Punto d’inizio del termine di decadenza : fine effettiva del contratto (cf. termine di durata del contratto) e non dalla data di preavviso di rottura della relazione contrattuale [10].

Esclusione del diritto all’indennità.

- L’articolo L134-16 del Codice di commercio dispone : « Deve considerarsi non scritta qualsiasi clausola o accordo contrari alle disposizioni degli articoli L134-2 et L134-4, del terzo e quarto comma dell’articolo L134-11, e dell’articolo L134-15 o che deroghino, a danno dell’agente di commercio, alle disposizioni del secondo comma dell’articolo L134-9, del primo comma dell’articolo L134-10, degli articoli L134-12 e L134-13 e del terzo comma dell’articolo L134-14 » ;
- L’articolo L134-13 del Codice di commercio indica che : « L’indennità prevista all’articolo L134-12 non è dovuta nei casi seguenti :
1° Recesso del contratto a causa di colpa grave dell’agente ;
2° Recesso del contratto da parte dell’agente, salvo se la fine del contratto non sia giustificato da circostanze imputabili al mandante o dovuta all’età, alla malattia dell’agente di commercio, a causa delle quali la continuazione dell’attività non possa essere ragionevolmente pretesa ;
3° A seguito di accordo con il mandante, l’agente di commercio cede a un terzo i diritti detenuti in virtu’ del contratto di agenzia
 » ; L’articolo L134-16 del Codice di commercio dispone : « Deve considerarsi non scritta qualsiasi clausola o accordo contrari alle disposizioni degli articoli L134-2 et L134-4, del terzo e quarto comma dell’articolo L134-11, e dell’articolo L134-15 o che deroghino, a danno dell’agente di commercio, alle disposizioni del secondo comma dell’articolo L134-9, del primo comma dell’articolo L134-10, degli articoli L134-12 e L134-13 e del terzo comma dell’articolo L134-14 - Si precisa che per l’agente commerciale di diritto comune, la clausola che permette di escludere il diritto all’indennità potrebbe, a certe condizioni, essere valida ».

Jonathan Durand
Donato Sirignano
Avocat au Barreau de Paris
contact chez jonathandurandavocat.com

Recommandez-vous cet article ?

Donnez une note de 1 à 5 à cet article :
L’avez-vous apprécié ?

5 votes

Notes de l'article:

[1Cour d’appel de Pau, 28 janvier 2020, n° 17/02369.

[2Cour d’appel de Grenoble, 17 septembre 2020, n° 18/00023.

[3Cour d’appel de Lyon, 1re ch. civ. A, arrêt du 8 septembre 2016, n° 14/00666.

[4Cour d’appel de Paris, arrêt du 24 novembre 2016, n° 15/05651 - Cour d’appel de Lyon, arrêt du 21 février 2019, n° 15/06461.

[5Cour de cassation, chambre commerciale, 18 janvier 2011, n° 09-72.510.

[6Corte d’appello di Pau, 28 gennaio 2020, n° 17/02369.

[7Corte d’appello di Grenoble, 17 settembre 2020, n° 18/00023.

[8Corte d’appello di Lyon, sentenza del 8 settembre 2016, n° 14/00666.

[9Corte d’appello di Parigi, sentenza del 24 novembre 2016, n° 15/05651 - Corte d’appello di Lyon, sentenza del 21 febbraio 2019, n° 15/06461.

[10Corte di cassazione francese, sezione commerciale, 18 gennaio 2011, n° 09-72.510.

Bienvenue sur le Village de la Justice.

Le 1er site de la communauté du droit, certifié 4e site Pro en France: Avocats, juristes, fiscalistes, notaires, huissiers, magistrats, RH, paralegals, étudiants... y trouvent services, informations, contacts et peuvent échanger et recruter. *

Aujourd'hui: 148 950 membres, 23221 articles, 126 519 messages sur les forums, 4 800 annonces d'emploi et stage... et 2 000 000 visites du site par mois en moyenne. *


FOCUS SUR >

Les Candidatures pour le Prix de l’innovation des Avocats 2022 sont ouvertes !

A LIRE AUSSI >

12ème édition du concours des "Dessins de Justice", découvrez la sélection et votez pour vos préférés !




LES HABITANTS

Membres

PROFESSIONNELS DU DROIT

Solutions

Formateurs